La ministre de la Pêche et de la Mer, Clémence Loupdi Matiga a ouvert ce 10 août à Libreville, les premières Journées du ministère de la Pêche et de la Mer, consacrées à la vulgarisation des aspects peu connus de ces secteurs prometteurs.

Clémence Loupdi et deux autres membres du gouvernement lors du lancement des
premières journées de la pêche et de la mer, le 10 août 2018 à Libreville. ©
Gabonreview

 

© Gabonreview

En présence d’un parterre d’invités parmi lesquels les responsables des missions diplomatiques, d’ONG, des opérateurs économiques, la ministre de la Pêche et de la Mer, Clémence Loupdi Matiga, a lancé les premières Journées du ministère dont elle la charge. Baptisées «Focus PAM» en référence à la pêche, à l’aquaculture et à la mer (PAM), cet événement se déroule du 10 au 11 août 2018.

Selon les organisateurs, «le Focus PAM est un lieu d’échanges professionnels où les acteurs du secteur, opérateurs économiques et partenaires au développement abordent les questions d’implémentation et de vulgarisation des politiques sectorielles relatives à la pêche, à l’aquaculture et à la mer».

Clémence Loupdi Matiga a rappelé que «le domaine maritime se trouve être une vaste plateforme transversale ou se déploient plusieurs activités, à ce titre une attention particulière doit toujours être portée à l’utilisation de cet espace». C’est la raison pour laquelle, a-t-elle expliqué, le ministère de la Pêche et de la Mer, à travers de ces journées, veut donner une meilleure visibilité à la diversité des acteurs, leurs activités, les différentes stratégies ou mesures relatives à la gestion intégrée de l’ensemble du domaine maritime.

Les intervenants ont ainsi exposé sur la «cartographie des pêches du Gabon» en présentant les conditions et les modalités de gestion du secteur de la pêche dans le pays, ainsi que sur la stratégie maritime intégrée du Gabon. La deuxième journée ayant un caractère récréatif, certains services du ministère de la Pêche et des opérateurs économiques présenteront leurs activités au public au Centre d’Appui de la pêche artisanale de Libreville (Capal) sise à Oloumi.

Toutes les actions entreprises au cours de ces journées, selon les organisateurs, participent de la volonté du gouvernement de faire du secteur de la pêche et de la mer un des éléments de la relance de l’économie, à travers sa participation croissante au PIB.