Contrairement à d’autres, le conseil provincial du Woleu-Ntem a semblé satisfaire les exigences du secrétariat exécutif du Parti démocratique gabonais (PDG), qui a réitéré, mardi 7 novembre, son intention d’imposer le vote à tous, pour éviter l’accaparement des postes au sein du parti.

Au Woleu-Ntem, la base a élu «dans le calme, la sérénité et la responsabilité» ses cadres, selon Eric Dodo Bounguendza. © D.R.

 

Dans la famille pour le moins tourmentée du PDG, les «camarades» du Woleu-Ntem font désormais office d’exemples. Pourtant, ça n’a pas toujours été le cas ces dernières années. Accusés de trahison, de fainéantise et souvent de fourberie, les militants du septentrion se sont révélés différents à l’occasion du conseil provincial tenu les 5 et 6 novembre à Oyem. Ils ont élu «dans le calme, la sérénité et la responsabilité» leurs cadres, s’est satisfait, mardi 7 novembre sur sa page Facebook, Eric Dodo Bounguendza, secrétaire général du parti.

Aux dires de certains, «la base s’est manifestée librement» pour le choix de ses responsables, notamment en tant que membres du bureau politique (MBP), membres du conseil national (MCN) et membres du comité central (MCC). Les élections sont parfois allées jusqu’à des heures avancées de la nuit, voire jusqu’au petit matin. Il s’est agi pour les militants de mettre en pratique «la régénération» et «la revitalisation» décrétées par le secrétariat exécutif du PDG. La base, dit-on, a véritablement joué son rôle.

Or, le numéro 2 du PDG n’a pas cessé de le répéter au gré des discours prononcés ces derniers jours que «la base doit s’exprimer et désormais choisir qui elle veut voir coordonner et animer les actions du PDG dans leurs circonscriptions politiques». Eric Dodo Bounguendza a d’ailleurs rappelé «avec assurance et certitude», dans son adresse à ses «camarades», que «le mode de choix des MBP, des MCN et des MCC de (leur) Parti est l’élection et rien que l’élection».

«Aucun autre procédé n’a été retenu par le Distingué camarade président. Malgré les trafics d’influence et des reportages TV de manipulation de la base par des responsables politiques réfractaires à l’élection, toutes les provinces procéderont, sans détours, aux élections comme cela s’est fait au conseil provincial du Woleu-Ntem», a-t-il prévenu, non sans appeler au «respect» et à la «discipline» les cadres du parti.

Lors du conseil provincial de l’Ogooué-Ivindo tenu récemment à Makokou, le SG avait déjà sonné la fin des «titres fonciers» au sein du PDG, désignant l’accaparement des postes par certains, en dépit de leurs faibles rendements sur le terrain. Il semble que les PDGistes du Woleu-Ntem aient bien compris le message.