En prélude au Congrès national du Parti démocratique gabonais (PDG), prévu du 16 au 18 décembre 2017, le Secrétaire général de cette formation politique, Eric Dodo Bouguendza, a entretenu les cadres de ce parti, le 17 octobre 2017 sur «l’histoire oubliée des congrès du PDG».

Eric Dodo Bouguendza, le Secrétariat général par intérim du PDG. © D.R.

 

Secrétaire général, par intérim, du parti au pouvoir, Eric Dodo Bouguendza a convoqué, le 17 octobre 2017, les membres du Conseil consultatif des sages, du Bureau politique et du Conseil national dans le cadre d’une conférence-débat autour de «l’histoire oubliée des congrès du PDG». L’initiative visait «la préparation de l’état d’esprit des militantes et des militants devant prendre part aux prochains conseils provinciaux».

Arrivé au secrétariat général du PDG à la faveur de la démission de Faustin Boukoubi, Eric Dodo Bounguendza veut imposer sa marque. Même s’il n’a que deux mois avant ce congrès fixé du 16 au 18 décembre 2017, et qui pourrait l’évincer, il a la ferme intention de faire bouger les lignes au sein du parti des masses. Raison pour laquelle il a organisé cette conférence dans le but de remobiliser les militants.

Pour prouver qu’il a la capacité de battre le rappel des troupes, le siège du parti a été pris d’assaut par des cadors de la première heure du parti : André Dieudonné Berre, Emmanuel Ondo Methogo, Idriss Ngari, Léonard Andjembé, François Engongah Owono, et bien d’autres «caciques» étaient de la partie.

Face à ces militants demeurés fidèles, le secrétaire général du PDG a présenté le chronogramme des activités entrant dans le cadre des préparatifs du congrès. Ce dernier a notamment annoncé la tenue des Conseils provinciaux.  Ceux-ci devraient  débuter le 21 octobre pour s’achever le 19 novembre 2017. Pour leur réussite, a-t-il expliqué, les cadres concernés devront se rendre, durant les weekends, pour entretenir les militants sur l’avenir du parti et les enjeux des élections à venir.

«Allez dire à nos frères et sœurs dans les provinces que le PDG est debout. Il est debout et il le restera», a déclaré le secrétaire général du PDG. «Allez dire partout que le PDG a joué un rôle et continuera de jouer un rôle dans le futur de ce pays», a-t-il exhorté comme un prophète, avant de conclure : «le PDG est encore loin d’avoir atteint sa finitude dans la réalisation des conditions de vie des Gabonais».