L’actuel directeur général de la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC) arrive en 24ème position.

Pascal Houangni Ambouroué, 37 ans, directeur général de la BVMAC. © bvm-ac
Pascal Houangni Ambouroué, 37 ans, directeur général de la BVMAC. © bvm-ac

 

L’actuel directeur général de la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC) est l’unique Gabonais à répondre aux critères de l’Institut français permettant de figurer au top 100 des jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins, identifiés comme des «leaders économiques de demain». «Ces personnalités sélectionnées à travers 42 États sur le 54 que compte l’Afrique, incarnent le dynamisme et le renouveau de tout un continent et portent les espoirs de toute une génération».

En effet la 1ère édition du classement annuel du Centre de recherche indépendant dédié à l’analyse des questions stratégiques et de la gouvernance économique mondiale, évaluant les investisseurs, patrons d’entreprises, entrepreneurs et innovateurs sur la base des critères tels que «l’image et la réputation, le parcours et les compétences, le pouvoir et la fonction, l’influence et les réseaux, le potentiel et le leadership», positionne Pascal Houangni Ambouroué à la 24e place dernière le Sud-africain, Justin Stanford, directeur général de 4DI.

Du haut de ses 37 ans, Houangni Ambouroué accumule plus de 10 années d’expérience dans les systèmes d’information boursiers et dans le conseil en risque management acquises chez BNP Paribas securities services. Il a aussi forgé sa carrière au Crédit agricole investment services, en tant qu’assistant trader référentiel front-office ainsi qu’au cabinet international OTC Conseil dans diverses missions d’audit des systèmes des processus financiers et activité de marché, de coordination, de formation et de marketing stratégique pour des groupes tels que Natixis ou Caisse d’Epargne etc.

Pascal Houangni Ambouroué est le 4e directeur général de la BVMAC et le 2ème gabonais à occuper ce poste après Willy Ontsia et les centrafricains Marlyn Mouliom-Roosalem et M. Psimhis.