Une équipe de chercheurs vient de publier une étude sur le commerce illégale de cette espèce, présentée comme l’une des plus menacées au monde. Principalement menée au Gabon, l’étude a révélé la valeur relative des pangolins a augmenté de façon significative depuis 2002, de l’ordre de 211% pour le pangolin géant, notamment.

© AFP PHOTO / Jekesai Njikizana

 

A l’occasion de la journée mondiale du pangolin, le 18 février, une étude sur le commerce illicite de cette espèce en voie de disparition a été publiée dans la revue African Journal of Ecology. Financée par l’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG), l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) et le Groupe de spécialistes des pangolins de la Commission de la sauvegarde des espèces (CSE), l’étude s’est concentrée sur le Gabon.

Les travaux ont été dirigés par le Dr Katharine Abernethy de la Faculté des sciences naturelles de l’Université de Stirling ; avec la participation de l’Université du Sussex, des chercheurs gabonais et d’autres partenaires industriels. «Il s’agit de la première étude sur la façon dont les pangolins commercialisés illégalement peuvent provenir des forêts africaines. Elle montre que la valeur élevée payée au niveau international pour les grandes balances géantes de pangolins a probablement une incidence sur leur prix, même dans les villages très éloignés», a déclaré Katharine Abernethy, relayé par sciencedaily.com.

«Cependant, les chasseurs de subsistance locaux ne sont probablement pas les principaux fournisseurs. Il s’agit probablement d’organisations criminelles de chasse, peut-être celles qui font également le commerce de l’ivoire dans la région, car les marchés de la demande sont similaires», a-t-elle ajouté. Selon les experts, ce travail de recherche aidera les forces de l’ordre à s’attaquer au problème croissant.

Présents en Asie et en Afrique, les pangolins se nourrissent principalement de fourmis et de termites. Les huit espèces de pangolins, dont la viande et les écailles font l’objet d’une forte demande, sont gravement menacées. Les chercheurs ont démontré que les chasseurs locaux au Gabon, vendent de plus en plus d’animaux à des travailleurs asiatiques stationnés sur le continent pour de grands projets d’exploitation forestière, d’exploration pétrolière et d’agro-industrie.

L’équipe de recherche a visité des communautés utilisant des pangolins et d’autres espèces sauvages pour se nourrir, ainsi que des marchés dans les villes de province et la capitale, Libreville, afin d’évaluer les quantités vendues et les prix. Les chercheurs ont constaté que la valeur relative des pangolins a augmenté de façon significative depuis 2002. Ainsi, les prix du pangolin géant ont augmenté de 211 % au cours de la période. Tandis que les prix du pangolin arboricole ont augmenté de 73 %.

L’étude a conclu que le prix international élevé des balances faisait grimper les coûts locaux, les chasseurs ciblant de plus en plus les pangolins pour les vendre plutôt que pour la consommation domestique. «Nous concluons que, bien qu’il existe un potentiel clair et probable qu’un commerce d’exportation de pangolin sauvage émerge du Gabon, les chaînes commerciales traditionnelles de viande de brousse ne constituent peut-être pas la principale voie de soutien», a déclaré Katharine Abernethy.

«Nous recommandons d’ajuster les politiques et les actions de conservation afin d’empêcher la poursuite du développement du commerce illicite à l’intérieur et en provenance du Gabon. Comme dans le commerce de l’ivoire, les forces de l’ordre et les efforts internationaux pour sauver les pangolins doivent cibler les chasseurs criminels spécialisés, plutôt que de faire pression sur la communauté de subsistance», a-t-elle conclu.

Avec le déclin des espèces asiatiques ces dernières années, le nombre de pangolins africains saisis en Asie a considérablement augmenté. En 2016, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites) a interdit tout commerce international des espèces africaines dans le but de limiter les pertes fauniques. Au Gabon, seules la chasse domestique et la consommation de certaines espèces de pangolin sont légales.