Après 40 ans de présence au Gabon, les actionnaires de l’entreprise suisse spécialisée dans la logistique et les transports internationaux ont officiellement prononcé sa dissolution et lancé le processus de liquidation.

Le siège social de la société Panalpina à Port-Gentil, en mars 2017. © Gabonreview

 

Les activités à Libreville et Port-Gentil de la filiale gabonaise de la holding suisse Panalpina World Transport ont officiellement cessé. Réunis en assemblée générale extraordinaire le 24 novembre dernier, les actionnaires de Panalpina Transports Mondiaux Gabon S.A. ont voté «la dissolution anticipée» de la société de logistique et de transports internationaux. Sa «mise en liquidation amiable» a également été lancée, ce mardi 26 décembre. Le président du conseil d’administration a indiqué qu’un liquidateur a été nommé, et ce dernier bénéficie des «pouvoirs les plus étendus pour terminer les opérations sociales en cours, réaliser l’actif, acquitter le passif».

L’annonce de l’arrêt des activités de Panalpina au Gabon, n’est pas nouvelle, en réalité. A la faveur d’une réunion avec le personnel, en mars 2017 à Port-Gentil, la direction générale de la société avait déjà évoqué la question. Les responsables n’avaient souhaité donner de faux espoirs aux employés, qui devaient s’attendre au déclenchement d’un plan social dès la fin du même mois. Pris au dépourvu, les employés avaient saisi la Confédération syndicale gabonaise (Cosyga), afin de contester la démarche de leur employeur, qui ne pouvait leur garantir qu’un bonus de deux mois pour toute indemnité. Crise économique oblige. Si les choses se sont arrangées depuis entre employeur et employés, peu d’informations ont filtré. Il reste toutefois que ceux ayant refusé les conditions de départ de mars dernier, auront désormais à composer avec Yves Fumanal, le liquidateur.