Face aux difficultés rencontrées par les entreprises locales, un consortium de sociétés espagnoles ainsi qu’une société marocaine, tous deux spécialisés dans la gestion des ordures ménagères, ont exprimé aux autorités gabonaises leur volonté d’investir dans ce secteur.

Plusieurs entreprises menacent le maintien d’Averda au Gabon. © D.R.

 

Sans nul doute motivées par les déboires rencontrés il y a quelques mois par la société Averda, le principal détenteur du marché de ramassage d’ordures ménagères à Libreville, Owendo et à Akanda, des entreprises espagnoles et marocaines toquent à la porte du Gabon. Un groupe d’entreprises espagnoles a exprimé, mardi 20 février, au vice-président de la République sa volonté d’investir au Gabon. Réunies au sein du Groupe Actuatec, elles ont dit être particulièrement intéressées par le traitement des ordures ménagères.

Si les discussions lancées avec le palais du bord de mer et le gouvernement aboutissent, le groupe espagnol espère construire une usine de traitement d’ordures ménagères au Gabon. Une proposition plus intéressante que celle de Shandong Manguo Kangjie Sanitation Group qui, en décembre 2017, a avait exprimé à Pierre-Claver Maganga Moussavou sa volonté de recycler les ordures ménagères, en exportant les déchets récoltés à travers le pays vers son usine en Chine, qui se chargera de leur donner une deuxième vie.

Pour les Marocains du groupe SOS, leur projet, récemment présenté au ministre de l’Intérieur, vise précisément la gestion et l’exploitation «écologiques» des décharges publiques au Gabon. Abdelwafi Said et ses collaborateurs n’ont d’ailleurs pas manqué de revendiquer «une solide expérience» de plus de 40 ans en la matière. Avec le gouvernement et la mairie de Libreville, le groupe marocain réfléchirait déjà sur l’ouverture d’une nouvelle décharge dans la capitale.