Le ministre en charge des Mines, Christian Magnagna, a reçu les responsables de Managem le 19 septembre 2018 à Libreville. Les échanges ont porté sur le projet d’exploitation du gisement d’or d’Etéké et la réhabilitation du site d’exploitation de Bakoudou.

Le ministre des Mines, Christian Magnagnan discutant avec la délégation de Managem conduite par le président directeur général, Imad Toumi, le 19 septembre 2018. © Gabonreview

 

Les responsables de la Société Managem-Gabon ont été reçus, le 19 septembre, par le ministre de l’Équipement, des Infrastructures et des Mines, Christian Magnagna. L’audience a été consacrée à l’analyse du projet d’exploitation du gisement d’or d’Etéké et la reconduction de la convention d’exploitation du gisement de Bakoudou.

Le projet d’exploitation du gisement d’Etéké a été particulièrement apprécié par les deux parties. Pour Christian Magnagna, le gouvernement fonde de grandes attentes sur ce projet très attractif en termes de rentabilité, à la fois pour l’investisseur et pour l’Etat, sans oublier le développement de la localité d’Etéké. «Le gouvernement voulait s’assurer que, dans la faisabilité de ce projet, toutes les dimensions aient été prises en compte», a indiqué le membre du gouvernement.

Le président directeur général de Managem, espère un partenariat prometteur autour de ce projet. «Nous avons finalisé les études de faisabilité et nous espérons que le projet va pouvoir démarrer dans les prochaines années. Nous avons discuté des prochaines étapes avec le membre du gouvernement pour pouvoir finaliser les dernières discussions autour du partenariat, afin de pouvoir avancer vers sa concrétisation», a-t-il indiqué.

Le gisement d’Etéké a une production d’or estimée entre une tonne et une tonne et demi par an sur une durée d’environ 5 ans.

Quant au gisement de Bakoudou, la concession a été renouvelée pour trois nouvelles années au groupe Managem. Toutefois, il a été question au cours de cette réunion de voir, dans le cadre de sa responsabilité sociétale, quelles sont les actions que ce groupe compte mener pour les populations du département de Lékoko et de Bakoumba en général.

«Lorsque l’entreprise Managem-Gabon est arrivée sur le site de Bakoudou, nous sommes entrés en négociations avec l’aide du gouvernement pour pouvoir établir un partenariat. Il a pris du temps, mais il a été signé presque lors de la dernière année d’exploitation. Cela montre à suffisance que même si l’exploitation est arrêtée aujourd’hui, la responsabilité de l’entreprise reste engagée. C’est cette responsabilité qu’ils ont voulu réaffirmer ce matin au membre du gouvernement, en présence du représentant de la population du département de Lékoko», a précisé le sénateur Pierre Alban Obandji, représentant la population de Bakoumba.

La reconduction de la convention, alors que l’exploitation est achevée, permet à l’entreprise de remplir ses engagements. «La loi veut que le démantèlement de Bakoundou se fasse de manière protégé», a déclaré le ministre. Cette rencontre s’est déroulée deux jours après la suspension de l’exploitation de l’or au Gabon, décidée par le gouvernement le lundi 17 septembre 2018.