A l’occasion de son deuxième congrès extraordinaire, le parti de Séraphin Akuré-Davain s’est mué en «Les Démocrates », à la suite de l’intégration de nouveaux militants parmi lesquels Guy Nzouba Ndama, nouveau président dudit parti.

Des membres du directoire des Démocrates, le 11 mars 2017 à Libreville. © Gabonactu.com

 

Annoncée par le site de l’hebdomadaire Jeune Afrique au début du mois de mars, la mutation de l’Alliance pour le nouveau Gabon (ANG) de Séraphin Akuré-Davain a été officialisée, samedi 11 mars à Libreville, à l’occasion de son deuxième congrès extraordinaire. Ce petit parti de l’opposition s’appelle désormais «Les Démocrates». A sa tête, Guy Nzouba Ndama, l’ancien président de l’Assemblée nationale et ancien ténor du Parti démocratique gabonais (PDG) dans l’Ogooué-Lolo, avant sa démission en 2016. A ses côtés, Léon-Paul Ngoulakia, le cousin d’Ali Bongo, porté au poste de 1er vice-président d’un parti qui en compte six au total.

Si le fondateur de l’ANG a été relégué au rang de «président honorifique à vie», c’est que Les Démocrates ont des ambitions pour les mois et les années qui viennent. En ligne de mire : les prochaines élections législatives prévues pour le mois de juillet 2017. Le parti devrait y prendre part, d’autant qu’il considère que «la politique de la chaise vide ne paie pas», comme l’a rappelé, le 6 mars, Séraphin Akuré-Davain lors d’une précédente sortie à Libreville. Le 1er mars, Jeune Afrique croyait déjà savoir que «Guy Nzouba Ndama souhaite concourir à Koulamoutou et présenter une vingtaine de candidats dans tout le pays», alors que depuis sa naissance en 2009, l’ANG n’était véritablement présente que dans la province du Moyen-Ogooué.

Avec Guy Nzouba Ndama, Léon-Paul Ngoulakia et bien d’autres, Les Démocrates espèrent donc peser à l’Assemblée nationale. Le tandem entre le président et le vice-président de ce parti renouvelé ne manque pas d’inquiéter certains au sein de l’opposition, notamment dans la galaxie Jean Ping. Si certains y voient les prémices d’un effritement de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), d’autres, à l’instar d’Annie-Léa Meye, une des principales actrices de «la Résistance» au pouvoir d’Ali Bongo, met en garde les anciens du PDG sur sa page Facebook : «Je salue l’arrivée du nouveau parti appelé “Les Démocrates” de Guy Nzouba Ndama et Léon-Paul Ngoulakia mais , nous interpellons les anciens oligarques du PDG à ne pas recréer l’axe Haut-Ogooué-Lolo qui faisait de ces 2 provinces les 2 jambes du PDG d’Omar Bongo et des autres provinces les béquilles. Nous ne voulons pas de la régénérescence de ce concept abject de jambe gauche et jambe droite. Le peuple gabonais vous observe ! Personne ne s’amusera avec le combat des Résistants

S’agissant de la participation ou non des Démocrates au dialogue politique national du président de la République, dont l’ouverture est annoncée pour le 28 mars prochain, le parti entend se prononcer dans les jours qui viennent. Une concertation interne sera organisée sur la question.