Trois semaines après son lancement, la mission ophtalmologique fait son bonhomme de chemin au Centre hospitalier universitaire d’Owendo (CHUO). Si tout se passe pour le mieux jusqu’ici, la prise de rendez-vous via le centre d’appel n’est pas toujours aisée. 

Examen d’un patient dans le cadre du programme «Vision pour tous», le 28 avril 2018 à Libreville. © Gabonreview

 

Lancé le 9 avril, le programme «Vision pour tous» se poursuit normalement au Centre hospitalier universitaire d’Owendo (CHUO). Initié par Gabon Special Economic Zone (GSEZ), en partenariat avec l’Etat gabonais, il s’agit d’une mission ophtalmologique gratuite visant à traiter tous les Gabonais souffrant de pathologies oculaires ou n’étant pas équipés de lunettes médicales.

Claude Moudouli et le docteur Shanili Loganathan. Et quelques moments du programme. © Gabonreview

La mission se tient chaque jour, du lundi au samedi, de 9h à 17h. Environ 170 personnes sont reçues chaque jour. Un nombre qui serait plus important si certains patients ne se désistaient pas lors de la prise de rendez-vous. Celui-ci implique, en effet, de passer par un centre d’appel, le 8889, pas assez optimisé de l’avis des patients.

«Vu le nombre important de personnes sollicitant le service, le centre est toujours débordé. Du coup, il faut vraiment faire preuve de patience pour avoir un interlocuteur en ligne», a regretté la surveillante générale adjointe du CHUO. «Or, le hic est que l’appel est facturé. Du coup les moins nantis jettent l’éponge ou alors l’appel est interrompu pour défaut de crédit», a ajouté Claude Moudouli.

Les personnes disposant de suffisamment de crédit vont jusqu’au bout et obtiennent leur rendez-vous. Le jour J, elles arrivent au CHUL où elles sont orientées vers un espace d’attente. Selon une liste préétablie, à l’appel de leur numéro respectif, les patients sont dirigés par vague de 10, 15 ou vingt vers la salle de consultation.

Seuls les agents de l’Etat et employés d’Olam échappent à cette procédure. Dans leur cas, en effet, une unité mobile est dépêchée dans les administrations et dans les sociétés d’Olam pour un enrôlement, à l’issue duquel est établi un chronogramme. A la date du rendez-vous, les patients sont directement orientés vers la salle de consultation, s’affranchissant des tracasseries préalables du centre d’appel, en plus d’être exemptés de la salle d’attente. En tenant compte de ce procédé, la moyenne de patients reçus quotidiennement est de 210 personnes.

Au niveau de la consultation, le procédé est cependant le même pour tous. «Nous travaillons en collaboration avec les médecins gabonais, à qui nous apportons notre expertise pour l’examen des cas de cataracte ou de glaucome. Soit les pathologies les plus importantes. Tout se passe pour le mieux au quotidien», a affirmé un médecin indien. «Chaque jour, nous recevons une moyenne de 200 personnes», a conclu le docteur Shanili Loganathan.

La mission ophtalmologique s’étalera sur une durée de six à neuf mois. Après l’Estuaire, elle touchera l’intérieur du pays.