Des semaines après la mise en place de la Cour criminelle spéciale chargée de juger les auteurs présumés de détournements de l’argent public, la première audience de ladite juridiction est annoncée pour le jeudi 15 mars prochain à Libreville. Elle sera retransmise en direct et concernera l’affaire opposant le ministère public à Blaise Wada.

Soupçonné de détournement de deniers publics, Blaise Wada passera à la barre, le 15 mars 2018 au palais de justice de Libreville. © Youtube/PDG France

 

Nouvelle étape à franchir dans le cadre de l’opération Mamba. Plusieurs semaines après la mise en place de la Cour criminelle spéciale, les prévenus devraient bientôt passer à la barre. La première audience est prévue pour le 15 mars prochain au palais de justice de Libreville, à 9 heures, annonce ce lundi 12 mars le quotidien L’Union, qui précise que cette première audience concernera l’affaire opposant le ministère public à Blaise Wada. Celle-ci, fait exceptionnel, sera retransmise en direct sur la télévision publique.

L’arrestation puis la mise en détention préventive de l’ancien coordinateur général de l’Unité de coordination des études et des travaux (Ucet) étaient intervenues, en janvier 2017, dans le cadre de la traque initiée par les autorités judiciaires, il y a plus d’un an, contre «les fonctionnaires ou agents de l’Etat ou des collectivités publiques, et leurs complices soupçonnés de détournements ou soustractions des deniers publics ou privés supérieurs à 250 000 francs».

Après le procès de Blaise Wada, celui d’autres prévenus, actuellement en détention préventive à la prison centrale de Libreville, devrait suivre. Il s’agit notamment de celui des anciens ministres Magloire Ngambia et Etienne Dieudonné Ngoubou, ainsi que Paul Mapessi, Grégoire Bayima, Landry Patrick Oyaya, Léon Ndong Nteme. Ces procès se dérouleront tous les deux mois.