L’ultime documentaire sur la plus grande star musicale jamais produite par le Tiers-monde, Bob Marley, est sorti en salle le 13 juin dernier. Il vient confirmer et mettre un terme à une vieille rumeur gabonaise : le roi du Reggae a été l’amant de Pascaline Mferri Bongo. La sœur du président de la République en témoigne officiellement elle-même pour la première fois. Souvenirs. Souvenirs.

Bob Marley et Pascaline Bongo, janvier 1980

Bob Marley et Pascaline Bongo, janvier 1980

Dans un night-bar du quartier Louis à Libreville, on trouve des photos, littéralement inédites, du passage de Bob Marley au Gabon. Elles proviendraient, selon ce que racontent les habitués des lieux, de la collection privée de Pascaline Mferri Bongo, fille d’Omar Bongo Ondimba et grande sœur du président Ali Bongo. Cette légende vient d’être confirmée avec la sortie, le 13 juin 2012, du documentaire sur Bob Marley de Kevin MacDonald, réalisateur britannique connu en Afrique pour son film «Le Dernier Roi d’Ecosse», fiction inspirée de la vie du président Ougandais Idi Amin Dada. L’aînée des Bongo Ondimba a versé à la réalisation de ce nouveau film son propre fond documentaire, dont les images illustrant cet article son issues.

Mais surtout, dans ce film documentaire tout simplement intitulé «Marley» et consacré au Dieu jamaïcain du Reggae, Pascaline Bongo accepte pour la première fois de parler publiquement de son idylle avec le leader des Wailers pour lequel elle avoue «J’étais amoureuse».

Bob Marley et Pascaline Bongo janvier 1980Les choses n’ont pourtant pas été facile pour le réalisateur, Kevin MacDonald, qui confiait dans une interview, le 20 avril dernier sur Large Up Sound Station, que Pascaline Bongo figurait parmi les trois personnes ressources les plus rétives à partager leur histoire avec Bob Marley. Et quand on lui demande comment il est tombé sur cette histoire de «princesse» (sic) du Gabon, le réalisateur répond : «quelques personnes m’avaient dit qu’elle était très importante dans les dernières années de sa vie, en le réintroduisant en Afrique. Que la première fois qu’il avait joué en Afrique, il avait été invité par son père, mais en réalité par elle. Cela me semblait un moment clé de sa vie. Évidemment, l’Afrique était quelque chose d’important pour lui. J’ai pensé qu’il y avait là une histoire bizarre, ce type étrange dans cet environnement incroyablement luxueux (…) Ils avaient eu une relation qui allait au-delà d’une relation petite amie, je pense qu’elle avait également contribué à quelques autres chose importantes dans sa vie. Elle lui a rendu visite en Allemagne avant de mourir

Bob Marley au gabon janvier 1980

Le blog Gabonenervant indique que dans ce documentaire, que Gabonreview n’a pas encore pu visionner, «Pascaline Bongo est interviewée sur la manière dont Bob Marley est venu au Gabon et elle dit avoir rencontré Bob Marley en 1979 aux Etats-Unis, après un de ses concerts. Elle était allée en coulisses après le concert et elle a dit que la première chose que Bob Marley lui a dit était: “vous êtes laide”. Elle a été choquée mais ensuite Marley a expliqué que ce n’était pas littéral, il voulait dire qu’il n’aimait pas le fait qu’elle avait les cheveux défrisés. Les rastas ne tolérant que les cheveux naturels. Puis elle explique qu’elle lui a demandé s’il pouvait venir au Gabon pour jouer à l’anniversaire de son père. Elle dit: “c’est ce que nous avons fait et il est venu en Janvier 1980”.»

Bob Marley reçu par Ali Bongo en janvier 1980

Cinq minutes en tout, dans ce film, sont consacrées à l’épisode gabonais de Bob Marley. On y parle notamment de ce que le président Omar Bongo Ondimba avait préféré que le rastaman soit reçu, au palais présidentiel, par Ali Bongo. Il y est également question du cachet qu’avait touché les Wailers et que le manager du groupe, Don Taylor, avait surfacturé et caché à Bob Marley qui s’en irrité après avoir découvert le pot aux roses grâce à l’indication de Pascaline Bongo.

Le film, long de 2H24 mn, montre bien d’autres facettes de Bob Marley qui étaient jusque-là inconnues. Le réalisateur a travaillé avec la famille de l’artiste qui lui a ouvert ses archives privées pour la première fois. A ce titre le documentaire de Kevin Macdonald est une mine d’informations, d’images d’archives rarissimes et de témoignages poignants qui «interrogent le phénomène culturel tout en dessinant le portrait intime de l’artiste, depuis sa naissance jusqu’à sa mort en 1981, faisant définitivement de MARLEY le film documentaire de référence, au moins pour les 30 années à venir», lit-on dans la chronique de Premiere.fr.

Concert de Bob Marley au gabon janvier 1980