L’office national de l’emploi a présenté, le 11 mai 2018, aux opérateurs économiques membres de la Chambre de Commerce du Gabon, le Projet de développement des compétences et de l’employabilité (Prodece) et ses différentes offres.

Les opérateurs économiques à la session de formation du Prodece. © Gabonreview

 

Le vendredi 11 mai, l’Office national de l’emploi a organisé une session d’information, en étroite collaboration avec la Chambre de Commerce du Gabon, afin de présenter aux responsables des petites et moyennes entreprises, les caractéristiques du Projet de développement des compétences et de l’employabilité (Prodece). L’événement a réuni près d’une centaine d’entreprises de différents secteurs de l’économie gabonaise.

© Gabonreview

Selon le coordonnateur du Prodece, le programme d’apprentissage dual, de stage et de formation-adaptation, financé par la Banque mondiale, se présente comme une réponse du gouvernement au problème du chômage des jeunes. «Il est articulé au tour de trois composantes : extension de l’offre de formation dans le secteur de croissance de l’économie gabonaise, le programme de développement de l’employabilité des jeunes et le renforcement des capacités institutionnelles», a expliqué Benjamin Mouiry aux chefs d’entreprise indécis à prendre part à ce challenge contre le chômage et l’absence de qualification.

Si les responsables d’entreprises invitées à la session de sensibilisation et d’information estiment que l’adhésion à ce projet de développement de compétence et de l’employabilité destiné aux jeunes de 16 à 34 ans, nécessite une période de réflexion autour des dispositifs de soutien et des mesures proposés par le Prodece, pour le conseiller technique du directeur général de l’ONE, Séverin Lekoumba, cette offre est une «opportunité pour les entreprises d’avoir une main-d’œuvre à moindre coût, mais également de former ces jeunes-là, afin d’améliorer leur employabilité».

«Il y a certaines entreprises qui sont prêtes à recruter les jeunes. J’ai également vu certains qui estiment que le programme est adapté à leur besoin compte tenu du contexte économique qui est un peu difficile. C’est une opportunité pour les entreprises», a déclaré Séverin Lekoumba, invitant à l’implication de tous pour la réussite de ce programme.

Initié avec l’appui technique et financier de la Banque mondiale pour un montant de 100 millions de dollars, soit près de 57,5 milliards de francs CFA, ce projet a pour objectif la réhabilitation de 21 lycées techniques et centres de formation et le développement des compétences dans les secteurs porteurs de croissance. Il participera également à l’amélioration de l’employabilité de 6500 jeunes sur une période de 5 ans, soit 3500 diplômés des écoles d’enseignement technique et de formation professionnelle et 3000 déscolarisés, à la promotion de l’entrepreneuriat, ainsi que le renforcement des capacités institutionnelles et de gestion des administrations partie prenantes.