L’ancien président du Nigeria invite les pays africains à réaliser leur industrialisation et accélérer leur croissance en exploitant eux-mêmes leurs matières premières.

AG d’Afreximbank aux Seychelles : Olusegun Obasanjo (à droite) pendant son intervention. © Afreximbank Communications externs

AG d’Afreximbank aux Seychelles : Olusegun Obasanjo (à droite) pendant son intervention. © Afreximbank Communications externs

 

S’exprimant devant le groupe consultatif de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) sur le financement du commerce et le développement des exportations en Afrique, l’ancien président du Nigeria a exhorté les Africains à focaliser leurs efforts sur les matières premières disponibles localement. Il leur a aussi recommandé de soutenir les entrepreneurs et industriels locaux.

Olusegun Obasanjo a expliqué que les pays africains gagneraient à ajouter de la valeur à leurs matières premières, au lieu de les exporter à l’état brut. Selon lui, les gouvernements africains doivent créer des opportunités pour rendre l’industrialisation et la production locales possibles. Insistant sur le besoin de promouvoir l’essor des entrepreneurs et industriels, il a expliqué qu’avec un soutien adapté, les entreprises africaines peuvent évoluer et accroitre leur compétitivité.

Appuyant ce propos, l’économiste Justin Lin a expliqué que les pays africains peuvent atteindre une croissance aussi dynamique que celles des pays émergents d’Asie du sud-est, pour peu que des politiques industrielles pragmatiques soient mises en place avec, notamment, la construction de zones économiques et parcs industriels opérationnels. A ses yeux, une telle approche permettrait à l’Afrique de capter les opportunités créées par la délocalisation de millions d’emplois industriels hors de Chine du fait de la hausse des salaires.

Tony Elumelu, président de Heirs Holdings ltd ; Ahmed El Sewedy, président de El Sewedy industries et ; Paul Fokam, président du groupe Afriland first bank sont aussi intervenus durant ce forum.