Une convention de financement de 9 milliards de francs CFA a été signée le 14 juillet à Yaoundé, au Cameroun, entre le groupe de la Banque mondiale et l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA).

Dorothé Sossa, secrétaire permanent de l’OHADA et Ibrah Rahamane Sanoussi, représentant résident de la Banque mondiale au Cameroun. © D.R.

 

L’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) vient de signer une convention de financement avec le groupe de la Banque mondiale.

Evaluée à 15 millions de dollars, soit près de 9 milliards de CFA, cette convention s’inscrit dans le cadre du Projet d’amélioration du climat des investissements (PACI) dans les 17 Etats membres de l’OHADA.

Selon le communiqué de L’OHADA, «ce nouveau don de l’International Development Association est affecté au financement de la deuxième phase du projet PACI, dont les composantes couvrent le renforcement des capacités des institutions de l’OHADA dans l’exécution de leur mandat opérationnel, l’appui à la mise en œuvre du projet, et l’amélioration de l’information financière des entités».

Le secrétaire permanent de l’OHADA, Dorothé Sossa, estime que «les activités à conduire dans ce cadre permettront d’enregistrer de nouveaux progrès dans l’amélioration du climat des affaires au sein des 17 Etats membres de l’organisation». Ce d’autant que l’OHADA, a précisé Dorothé Sossa, est une organisation internationale qui œuvre pour «la facilitation des échanges et des investissements, la garantie de la sécurité juridique et judiciaire des activités des entreprises».

Créée le 17 octobre 1993, l’OHADA regroupe les pays ci-après : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, les Comores, le Congo, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée Bissau, la Guinée, Guinée Equatoriale, le Mali, le Niger, la République Centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Sénégal, le Tchad et le Togo.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga