Parmi les reformes qu’envisage le ministre de Sports, Alain-Claude Bilie-By-Nze, pour redynamiser le sport gabonais, figure en bonne place la relance de l’Office gabonais des sports scolaires et universitaires (OGSSU).

© sportingnews.com

 

Le ministre des Sports envisage une série des réformes pour sortir le mouvement sportif gabonais du couloir de la contreperformance. Pour donner plus de chance à son entreprise, Alain Claude Bilie-By-Nze, souhaite mobiliser le vivier scolaire et universitaire, à travers la relance de l’Office gabonais des sports scolaires et universitaires (OGSSU).

«C’est à travers le sport de masse que l’on détecte l’élite dans toutes les disciplines. Le gouvernement va donc soutenir le retour de cette compétition d’envergure pour permettre aux jeunes gabonais dans les 9 provinces d’être en compétition», a affirmé le ministre le 29 juillet, lors d’une rencontre avec les responsables des fédérations sportives.

Toutefois, le renouveau du mouvement sportif gabonais passe nécessairement par la viabilité de ses acteurs de premier plan que sont les fédérations. Pour remettre les choses à l’endroit, Alain Claude Bilie-By-Nze a brandi la ferme. «Nous allons veiller à ce que les choses ne se passent plus comme avant. Au besoin, nous allons démettre les responsables qui vont faillir et nous allons travailler de concert avec les fédérations internationales qui sont aussi pour la bonne gestion des finances».

Le ministre souhaite également que les opérateurs économiques et les collectivités locales participent au financement des activités sportives. «Il est anormal que la mairie de Libreville ne sponsorise pas des équipes sportives. Cela doit être possible pour les mairies d’Akanda, d’Owendo, de Port-Gentil et les autres. Dans les années 80, il y avait bien des sociétés locales qui mettaient de l’argent au profit du sport. Cette voie nous paraît raisonnable».

L’ensemble des réformes à engager pour sortir le mouvement sportif national de l’impasse actuelle, ne vaudra que ce que vaudra le modèle économique destiné au financement du sport. D’ailleurs, faute d’argent, le Gabon ne prendra pas part au tournoi qualificatif de la Coupe d’Afrique des nations (Can) des moins de 17 ans prévue en 2019 en Tanzanie.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga