Les ministres Léa Mikala et David Mbadinga ont appelé le 5 juin, à la Chambre du Commerce du Gabon, les fils et filles du département de la Douigny, à s’unir pour le développement de leur région.

Les fils et filles de la Douigny à la Chambre de Commerce le 5 juin 2018. © Gabonreview

 

Les ressortissants du département de la Douigny se sont retrouvés le 5 juin à la Chambre de commerce du Gabon, en présence des cadres, élus locaux et notables de la Nyanga. Objectif : s’engager autour des ministres Léa Mikala et David Mbadinga, pour le renforcement des liens entre fils et filles de la contrée et promouvoir le développement de la province.

«Par notre nomination au gouvernement, j’ai compris que nous fils et filles de la Douigny comptons pour le président de la République. Par ce choix, il nous fait savoir que le développement de notre département doit se poursuivre et celui-ci requiert l’implication de tout le monde sans exclusion aucune. C’est pourquoi, nous devons travailler ensemble. Apprenons à nous rassembler, à nous unir et à nous aimer. Soyez tolérant et méditons pour le pardon envers les uns et les autres. Ce sont-là, les principes que nous devons dorénavant observer dans la province de la Nyanga et particulièrement dans le département de la Douigny», a conseillé le ministre délégué aux Eaux et Forêts, Léa Mikala.

Les ministres Léa Mikala et David Mbadinga. © Gabonreview

Invitant ses «frères à changer de paradigme», en tolérant le débat contradictoire, conduit dans le respect des différentes opinions, le ministre du Commerce, David Mbadinga, a insisté sur la gravité des défis à relever pour le développement de la Nyanga et du Gabon en général.

«Nous vous disons que les défis à relever ensemble sont réels. Autant cela ne pourra pas se faire d’un coup de baguette magique, autant, ils le seront progressivement qu’avec méthode et dans la discussion», a-t-il déclaré, indiquant que «Nous n’allons pas nous diviser parce que nous sommes d’origines diverses sur le plan politique. Nous devons nous rassembler en transcendant nos différences».

Si pour le sénateur du Parti démocratique gabonais Josué Mbadinga, la guerre de leadership ne peut pas faire avancer les choses et que seule l’unité peut permettre d’engager un autre mouvement et relever tous les défis qui se posent à la province de la Nyanga, il rappelle que «la politique est une affaire d’intérêt». «Nos intérêts en ce qui concerne le développement du Gabon et celui de la province de la Nyanga, de la Douigny sont entre les mains du président de la République. Il a promu beaucoup d’enfants de Moabi. Mais ce que nous cherchons, c’est le développement», a-il-affirmé.