Le site qui abritera l’incubateur numérique, dans le 3e arrondissement de Libreville, a été visité par le ministre de la Communication, le 15 novembre. L’outil sera livré dans deux mois.

© la-croix.com

 

Comptant parmi l’une des priorités du gouvernement, le secteur numérique va bénéficier d’un incubateur dédié. Encore appelé accélérateur de startups, un incubateur est une structure d’accompagnement de projets de création d’entreprise. L’incubateur peut apporter un appui en termes d’hébergement, de conseil et de financement, lors des premières étapes de la vie de l’entreprise.

A cet effet, le ministre de la Communication a visité, le 15 novembre à Libreville, le site devant abriter ce nouvel outil. «L’incubateur à pour mission d’accompagner les jeunes. Cela peut être une idée de projet au départ et ici, ils viendront rencontrer des professionnels qui vont les accompagner à mieux structurer leurs projets ; à faire en sorte que de l’idée de projet on arrive effectivement à un projet. Et que du projet, l’on aboutisse à une entreprise», a confié Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Le directeur général de l’incubateur numérique n’a pas manqué de décliner les conditions d’accès à l’accélérateur de startups. «Il y aura un concours où les critères restent encore à définir qui va permettre de sélectionner les premiers projets qui vont intégrer l’incubateur. Ces projets seront accompagnés selon les deux programmes de base. C’est-à-dire l’incubation et l’observation au sein de l’incubateur», a confié Gaëtan Bouraga.

Et ce dernier de préciser que l’incubation durera au maximum six mois. Le programme d’accélération d’accès de l’idée au marché, pour sa part, durera deux ans maximum. La mise en opération effective de cet incubateur, espérée dans deux mois, participerait ainsi au développement en cours des startups numériques à travers le pays.