Hermann Mbotcho, 21 ans, s’est noyé dimanche après midi à la plage du lycée national Léon Mba, après joué au foot de plage avec ses camarades scouts.

Plage de Libreville

Une des multiples plages “sauvages” de Libreville


Partis à quatre pour une promenade sur la plage, ils se sont retrouvés plus tard à huit, lorsque d’autres amis sont venus les rejoindre sur la plage du lycée national Léon Mba, tous des scouts de l’église Saint-André. Une partie de foot de sable a alors été initiée. Apres quoi, «les scouts auraient décidé de prendre un bain à la mer», indique le quotidien L’union.

Jeffrey Eyi Ndong relate les faits : «Dimanche après midi (…) nous avons joué au ballon sur du sable, après nous avons décidé de manger, mais avant de le faire nous avons trouvé utile de nous baigner d’abord, car nous avions transpiré pendant les jeux. Nous avons plongé dans l’eau, voyant que nous y attardions, les chefs du groupe de scouts, nous ont demandé de regagner la terre ferme. Mais Hermann a continué à se baigner. Soudain, il a commencé à s’éloigner, quand nous avons vu qu’il se noyait, nous avons tenté de le secourir mais l’eau était déjà si profonde et nous n’avons pas pu le sauver».

Les jeunes scouts auraient demandé de l’aide afin de sauver leur camarade, mais il était déjà trop tard, précise L’union. Un jeune randonneur explique avoir vécu la scène, «J’ai vu comment les compagnons de la victime se débattaient pour tenter de le secourir. Ils pleuraient et demandaient des secours parce qu’ils ne savaient pas nager. Mais les choses sont allées si vite. Tout le monde était vraiment peiné

Informée du drame, la Brigade des gardes-côtes a mis ses éléments en alerte. Mais, ce n’est que lundi après midi que le corps du jeune homme a été retrouvé par les pêcheurs au large, derrière le Conseil Economique et Social, l’auteur de cette découverte macabre a aussitôt signalé la brigade nautique de gendarmerie, qui est allée repêcher les corps.

Ce drame vient à nouveau poser le problème de la surveillance des plages de baignade. Il serait judicieux de mettre en place un groupe de maîtres nageurs sur chaque site de baignade.