Le Conseil des ministres du 12 avril a entériné la suppression de la société de gestion du projet du Nouvel Aéroport de Libreville, dénommée «Aéroport du Gabon», sans toutefois révéler le nom de la nouvelle entité chargée de gérer la nouvelle plateforme aéroportuaire de Libreville.

Le groupe Gabon Special Economic Zone Airports SA (GSEZ Airports SA), filiale locale de la multinationale singapourienne Olam, serait chargé de la gestion du nouvel aéroport de Libreville. (Image à titre purement illustratif – bâtiment futuriste à Singapour). © Gabonreview/Sutterstock

 

Qui succédera à la société «Aéroport du Gabon» (ADG), dans la gestion du projet du nouvel aéroport de Libreville à Andeme, sur la nationale 1 ? China Railway20, Upper Two, le groupe Gurbag ou Olam Gabon.

Le communiqué final du Conseil des ministres du 12 avril, a adopté le projet de décret portant suppression de la Société de gestion du projet du Nouvel Aéroport de Libreville, dénommée «Aéroport du Gabon». «Les missions autrefois dévolues à l’ADG seront désormais remplies par le concessionnaire qui a en charge la réalisation des études, la construction des infrastructures aéroportuaires et l’exploitation de la future plateforme», précise le Conseil des ministres.

Si le communiqué final du Conseil des ministres ne dit rien sur l’identité du successeur de l’ADG, le journal en ligne Lenouveaugabon.com croit savoir, dans sa livraison du 17 avril, que GSEZ Airports SA serait le futur concessionnaire de la nouvelle plateforme aéroportuaire de Libreville.

Cette entreprise appartient au groupe Gabon Special Economic Zone Airports SA, une filiale locale de la multinationale singapourienne Olam. Selon ce journal, Olam aurait acquis ce marché le 12 avril dernier. Selon la promesse faite par le président de la République, à Dakar, le nouvel aéroport de Libreville dont la réalisation est attendue depuis huit ans, sera inauguré d’ici à trois ans.