Circulant sur les réseaux sociaux depuis 48 heures, un message fait état de la suppression des bourses études à certaines catégories de bacheliers. Une fake news que l’Agence gabonaise des bourses et stages (ANBG) a vite fait de démentir.

Vue d’étudiants à l’ANBG, le 6 août 2018 à Libreville. © Facebook.com

 

«Plus de bourses pour les élèves ayant eu le bac au second tour, mais aussi ceux l’ayant eu au premier tour avec la mention «passable»…N’ont droit à la bourse que ceux ayant eu la mention 12/20». Relayé de manière virale sur les réseaux sociaux, depuis le 6 août, ce message a eu l’effet d’une bombe. Information avérée ou fake news ?

Tout semble pencher vers la seconde hypothèse. A y regarder de près, il ne s’agit nullement d’un communiqué officiel du gouvernement, encore moins de l’Agence gabonaise des bourses et stages (ANBG). A ce qu’il semble, c’est plus une information de l’ANGB qui aurait été maladroitement ou intentionnellement mal interprétée.

En effet, l’agence a récemment informé qu’elle recevrait en premier les bacheliers ayant eu leur examen avec une mention au-dessus de «passable». Plus précisément, ceux-appelés à poursuivre leurs études à l’étranger. «Les cours démarrent relativement tôt, généralement début octobre, dans les universités sollicités par les élèves avant l’obtention de leur examen. C’est donc pour être dans les temps que nous nous occupons en priorité de ceux-là, qui sont susceptibles d’aller poursuivre leurs études à l’étranger», a expliqué une source anonyme à l’ANBG.

«Dès que nous en aurons fini avec les bacheliers appelés à quitter le pays, nous nous occuperons des bacheliers (toute mention comprise, ndlr) qui poursuivront leurs études sur le plan national», a assuré la même source. A l’ANBG, l’on explique par ailleurs que cette démarche vise à limiter l’affluence dans les locaux de l’agence. Ce qui a été expliqué aux bacheliers, venus massivement à l’ANBG pour le dépôt de leurs dossiers, le 6 août. Rendez-vous leur a été donné le 20 août.