Georges Mba-Ndong a pris les rênes de l’Agence gabonaise de normalisation (Aganor), le 19 juillet à Libreville. A cette occasion, le nouveau directeur général par intérim a dévoilé sa vision pour l’agence, reposant notamment sur quatre axes majeurs.

Georges Mba-Ndong lors de cérémonie de passation de charges à la tête de l’Aganor, le 19 juillet 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

Marius Mbondji Chamba, DG sortant. Michel Mbonoh Opiangu (à gauche), PCA de l’Aganor. Et une vue de la salle pendant la cérémonie. © Gabonreview

Le directeur général de l’Industrie et de la Compétitivité, Georges Mba-Ndong, a été porté à la tête l’Agence gabonaise de normalisation (Aganor) dont il a officiellement pris les rênes par intérim, le 19 juillet à Libreville. Le nouveau directeur général a remplacé Marius Mbondji Chamba, sept mois après son arrivée à la tête de cet établissement public.

Le nouveau patron de l’Aganor a d’abord félicité son prédécesseur pour le travail accompli à la tête de l’agence. Avant de s’adresser à ses futurs collaborateurs. «Je ne suis pas expert en normalisation, encore moins en métrologie. Je suis plutôt économiste de formation. Toutefois, j’ai cette faculté de pouvoir m’adapter à différents contextes. J’attends donc de vous beaucoup d’accompagnement, car vous êtes les experts sur lesquels j’entends m’appuyer tout au long de ma mandature», a déclaré Georges Mba-Ndong.

Après cette entrée en matière, Georges Mba-Ndong a présenté sa vision de l’Aganor reposant sur quatre axes. D’abord en faire une agence financièrement autonome, puis améliorer la gouvernance. Le troisième axe de cette vision consiste à «reverser au Trésor public, une partie des ressources générées par l’agence». Tandis que le dernier consistera à revoir, avec l’autorisation de l’autorité ministérielle, «certains contrats avec les prestataires de services de l’Aganor. Car très souvent, ces contrats ne profitent pas à l’Etat», a indiqué Georges Mba-Ndong.

Cette cérémonie a par ailleurs permis au Président du conseil d’administration (PCA) de l’Aganor d’évoquer un chantier jugé prioritaire pour le nouveau directeur général : la communication. «Nous passons le plus clair de notre temps dans nos bureaux. Il est bon que les gens arrivent à communiquer pour apprécier un certain nombre de problèmes. Mais surtout trouver des solutions collégiales», a déclaré Michel Mbonoh Opiangu.

«L’Aganor est un outil d’appui à la politique du gouvernement. Un outil d’appui ayant une articulation transversale. Car l’ensemble des activités, aussi bien dans l’industrie que le commerce, repose sur la normalisation», a ajouté le PCA. Et ce dernier d’appeler les «cadres de la maison» à une prise de conscience collective. «Quelles que soient les personnes que l’on mettra à la tête de l’Aganor, ces dernières ne pourront s’appuyer que sur les cadres en poste pour sortir l’agence de l’ornière», a conclu Michel Mbonoh Opiangu.

L’Aganor a pour principales missions de promouvoir la qualité et de mettre en place le système national de normalisation et de démarche qualité ; le système national de métrologie ; le système national d’évaluation de la conformité. Cet établissement public assure également l’accompagnement à la mise en place des systèmes de management ; la certification produits, processus et systèmes ; la formation des professionnels de la qualité ; la vente des normes nationales et internationales.