Révélé au public gabonais ces dernières années, notamment avec le titre «Malembé», le groupe BGMFK revient au devant de la scène musicale avec «Loin», un single qui raconte le parcours difficile de MickyR, Troy, Jey RspctMe, Yvy RealKiller et Rickbeatz leur beatmaker.

BGMFK, un groupe destiné à aller «Loin». © D.R.

 

L’horizon semble s’être éclairci depuis quelques temps déjà. Fini, les difficultés pour trouver un studio d’enregistrement à la mesure de leurs capacités financières. Fini, la lutte pour se faire un nom sur la scène musicale nationale. Après des fortunes diverses dans leur carrière solo respective, MickyR, Troy, Jey RspctMe, Yvy RealKiller et Rickbeatz leur beatmaker (concepteur des musiques du groupe) font des show cases (prestations dans des boîtes de nuit) à l’extérieur du Gabon, en France notamment, en attendant la sortie d’un album en préparation et la promotion de celui-ci sur des scènes populaires. «Seul on va plus vite, ensemble, on va plus loin», assure le groupe.

La sortie, le 30 juin 2017, du single «Loin» marque, en effet, une nouvelle étape dans la carrière de ce crew au nom improbable (Beautiful rhymes and instrumentation gang money f*ckin kills). Six ans après sa création, le collectif n’a pas trahi ses fans. Son dernier single reste conforme au style musical qui l’a fait connaître dès 2011. Un mélange de rap et de RnB, les quatre chanteurs ne sont jamais «Loin» de leur pays d’origine, le Gabon, aussi bien dans les textes que dans le clin d’œil à Oliver Ngoma et son titre «Mukuili» fait par Jey RspctMe.

Après leurs nombreux singles («Ça ira», «Tombé», «Comme Dab») auxquels est venu s’ajouter «Loin», le groupe BGMFK prépare un projet baptisé «TSAR» (entendre «Tout système s’auto-régule»). Depuis «Malembé» en avril 2016, le collectif a un objectif précis : «conquérir le monde».