Murie depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, l’idée du retour des objets faisant partie du patrimoine culturel gabonais «empruntés» par la France, est en passe de se matérialiser.

Plusieurs centaines d’objets entrant faisant partie du patrimoine culturel africain et gabonais sont actuellement exposés dans les musées en France. © Flikr

 

La présence du Pr Louis Perrois à Libreville n’est pas fortuite. L’anthropologue et ethnologue français y est dans le cadre d’une série de cours au profit des étudiants de la Chaire Unesco et au profit des agents du futur musée de Libreville. Derrière ces enseignements se cache un objectif précis : le retour des objets d’art faisant partie du patrimoine culturel gabonais actuellement détenus par la France.

Le Pr Louis Perrois, le 16 mai, sur le plateau du JT de Gabon Télévisions. © Capture d’écran/Gabonreview

«Le président (Emmanuel) Macron a évoqué la possibilité d’étudier la question des retours de certains objets aux pays auxquels ils ont été momentanément empruntés. (…) Le Gabon est cité comme un des pays pouvant être concernés par ce genre d’opération», a informé le Pr Louis Perrois, invité du journal télévisé de Gabon Télévisions, mercredi 16 mai.

La mission du Pr Perrois dans la capitale gabonaise est donc de «contribuer à la mise en place de solutions concrètes pouvant faciliter une partie de ces retours». Il s’agira notamment de travailler sur deux pôles : la réhabilitation du Musée national des arts et tradition du Gabon et la formation des personnels du musée et de la vingtaine d’étudiants devant mener cette politique de rapatriement des objets que l’on évalue à plus de 350 dans les musées français.