La coordination des mouvements associatifs soutenant Ali Bongo a convié les responsables d’associations autour d’un repas, pour un engagement en faveur d’Ali Bongo pour les six prochaines années.

Les membres des différentes associations soutenant Ali Bongo. © Gabonreview

 

La coordination des mouvements associatifs soutenant Ali Bongo a appelé, samedi 24 septembre à Libreville, à une synergie d’engagement des jeunes en faveur du Chef de l’Etat. En conviant près de 1000 représentants d’associations à un cocktail dinatoire, les responsables de la coordination entendaient non seulement célébrer l’an 1 du second mandat d’Ali Bongo, mais également fixer le cap des perspectives pour les six prochaines années.

Le porte-parole de la coordination des associations soutenant Ali Bongo, Hermann Kamonomono. © Gabonreview

«C’est pourquoi nous devons resserrer nos rangs et nous mettre ensemble. L’heure est plus que jamais au rassemblement. C’est la synergie de toutes nos énergies qui fera en sorte que nous soyons une jeunesse réaliste, positive, active, efficace, capable et compétente», a indiqué Hermann Kamonomono, président de la coordination.

Se refusant une durée de vie limité au temps d’une campagne électorale, la plateforme d’associations veut «demeurer une arme redoutable pour les soldats» qu’ils sont. Son ambition est d’être «désormais la base avec laquelle, le président de la République va gouverner», a-t-il souligné.

Kamonomono a du reste mis un accent particulier sur la considération accordée à la jeunesse par Ali Bongo, lui qui a dédié son septennat à cette jeunesse. L’un des signaux forts, a rappelé Kamonomono, est la récente nomination du jeune président de l’Association des jeunes émergents volontaires (AJEV), Brice Laccruche Alihanga, à la prestigieuse fonction de directeur de cabinet de Chef de l’Etat.

Pour lui, le message du président de la République est clair : «Je ne vous ai pas oublié», l’a-t-il cité. Preuve selon lui qu’Ali Bongo fait ce qu’il dit, et dit ce qu’il fait. Il a par la même occasion couvert de lauriers les jeunes regroupés au sein de cette coordination, estimant qu’ils font partie de cette jeunesse grâce à laquelle «notre pays n’a pas sombré dans le chaos total», a-t-il affirmé. «Vous faites partie de ces jeunes qui ont dit non à la haine. Et qui ont répondu à la violence par la raison», a argumenté Kamonomono, qui a souhaité un engagement collectif, citoyen et responsable des jeunes en faveur d’Ali Bongo.

Auteur : Alain Mouanda