Des représentants de partis politiques de l’opposition se sont rendus dans les locaux du ministère de l’Intérieur, le 26 mars à Libreville, où ils ont déposé les noms de leurs membres devant participer à la mise en place du Centre gabonais des élections (CGE).

David Mbadinga et ses compagnons de l’opposition remettant leurs listes au secrétaire général du ministère de l’Intérieur. Le 26 mars 2018. © Facebook.com/ministere.interieur.gabon

 

En réponse à un courrier qui leur a été adressé par le ministre de l’Intérieur quelques jours plus tôt, les représentants de 41 partis politiques de l’opposition se sont rendus au ministère de l’Intérieur, le 26 mars à Libreville. Il s’agissait de remettre la liste de leurs membres devant participer à la mise en place du Centre gabonais des élections (CGE). Et, au démarrage des activités s’inscrivant dans le processus devant conduire aux élections législatives 2018.

Ce sont des responsables politiques d’une quarantaine de partis de l’opposition parmi lesquels Guy Nzouba Ndama de Les Démocrates, Bruno Ben Moubamba de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR), David Mbadinga de l’Union des patriotes gabonais loyalistes (UPGL) qui ont déposé au ministère de l’Intérieur, les noms de leurs représentants au CGE.

«Bien que n’étant pas attendus en aussi grand nombre pour déposer une simple correspondance, le ministre de l’Intérieur a fait réceptionner ce courrier par le Secrétaire général, Judith Koumba Pemba Mombo», a noté un communiqué du ministère. En porte-parole de ce groupe, David Mbadinga a déposé deux listes. La première contient cinq noms des personnes devant siéger au bureau du CGE. Tandis que la seconde est une liste de quatre noms de ceux qui feront partie de la commission ad hoc chargée d’examiner les candidatures.

A noté l’absence de certaines formations de l’opposition à l’exemple du Parti social démocrate (PSD) du Vice-président, Maganga Moussavou, du Parti pour le développement et la solidarité sociale (PDS) de Séraphin Ndaot Rembongo et de Démocratie Nouvelle de Ndemezo’o Obiang. A ce qu’il semble, ces partis ne sont pas solidaires du mouvement d’ensemble engagé par leurs paires. «Tout le monde était appelé à participer aux travaux qui ont permis de désigner les représentants de l’opposition. S’ils ne sont pas venus, c’est bien moins grave car les présents sont 41 partis sur les 44 partis politiques de l’opposition», a déclaré David Mbadinga, régissant à la non-participation de ces partis à leur action.