Le Conseil des ministres a entériné le maintien des soldats gabonais au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies pour la Centrafrique (Minusca).

Le contingent gabonais est maintenu à Bangui (Centrafrique). © D.R.

 

Les 450 éléments du contingent gabonais au sein de la Minusca ne seront pas de retour au pays en septembre prochain comme annoncé en mai par le gouvernement. Hier, le Conseil des ministres a décidé de leur maintien en Centrafrique. Cette demande avait été formulée le 14 juin dernier par Faustin-Archange Touadéra à Ali Bongo à l’occasion d’un bref séjour à Libreville. Le président centrafricain avait jugé sensible le climat sécuritaire dans son pays et avait dit avoir encore besoin de la force gabonaise dans la «quête de stabilité» de la RCA.

Touchées par les «multiples sollicitations et appels» du président centrafricain et du secrétaire général de l’ONU, les autorités gabonaise mettent leur acceptation «au titre de la solidarité africaine et l’excellence des relations d’amitié et de fraternité avec le peuple centrafricain».

Aussi, le gouvernement gabonais promet-il de s’engager «à participer à la réorganisation de l’Armée centrafricaine en matière de formation en accueillant des officiers de ladite armée dans les écoles militaires gabonaises, notamment l’Ecole d’Etat-Major, l’Ecole d’Application de Service de Santé Militaire de Libreville et des Ecoles d’officiers d’Owendo et de Mandilou».