Directrice de la communication et des relations publiques du ministère de la Justice, Marie-Sylvie Hervo-Akendengué y est présentement «séquestrée».

Marie-Sylvie Hervo-Akendengué. © news.alibreville.com

 

L’affaire défraie la chronique sur les réseaux sociaux et différents forums de discussions. Il se relaie depuis ce lundi 16 juillet en fin de matinée, que la directrice de la communication et des relations publiques du ministère de la Justice est présentement «séquestrée» au sein dudit ministère. Une information confirmée par l’intéressée, jointe au téléphone, qui relate les faits :

«Je suis venue récupérer mon attestation spéciale pour les bons de caisse. En allant chez le directeur général des ressources humaines, il m’a longtemps fait patienter. Je suis venu accompagnée d’un garde d’un corps, car j’ai échappé à une tentative d’assassinat en août 2017. Au moment d’accéder au bureau, le directeur des ressources humaines a brutalisé mon garde du corps. Peu après, il a appelé la sécurité pénitentiaire en déclarant, je cite : il va dormir au trou aujourd’hui. Sortez tous les deux, je suis une autorité au ministère de la Justice, j’y suis un cadre, c’est ma maison», a raconté Marie-Sylvie Hervo-Akendengué.

Et cette dernière d’ajouter : «Je n’ai pas pu prendre mon attestation et je suis séquestrée. Je suis en attente d’un avocat». Simple manœuvre d’intimidation ou règlement de comptes, s’est demandée Marie-Sylvie Hervo-Akendengué qui n’en n’est pas à sa première mésaventure. En effet, cette dernière a également rapporté à Gabonreview que son bureau a récemment été vandalisé.

«Mon bureau a été vandalisée, défoncé par le secrétaire général sortant, Pascal Mve Mba. J’ai fait constaté par un huissier la disparition de 5,5 millions de francs CFA. J’ai saisi le ministre sortant et son successeur, tout deux ont fait le mort», a déclaré la fonctionnaire du ministère de la Justice. Selon elle, il ne fait aucun doute que l’ancien secrétaire général du ministère était de connivence avec le directeur général des ressources humaines. Au moment où nous mettons en ligne, Marie-Sylvie Hervo-Akendengué est toujours au ministère de la Justice. Affaire à suivre…