Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine a validé, le 11 mai dernier, la création d’un «observatoire africain de la migration». La décision adoptée avait été formulée par le Maroc un an après son retour dans l’Union africaine.

© YouTube

 

Le continent noir va se doter d’un «observatoire africain de migration» pour la collecte des données, l’échange d’informations et la coordination entre les pays africains, a récemment décidé le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine. Objectif : relever les défis inhérents aux flux migratoires en Afrique et lutter contre les crimes liés à la migration.

Cette résolution émane du message adressé par le roi Mohammed VI, en sa qualité de «Leader de l’Union africaine sur la question de la migration», à l’occasion des travaux du 30e sommet de l’UA et de la présentation de l’«Agenda Africain pour la Migration».

Selon le compte-rendu des travaux du CSP de l’UA, «L’Observatoire reposera sur le triptyque comprendre, anticiper et agir. Il créera des synergies entre les différentes initiatives continentales concernant la migration. Il les aidera ainsi, à travers le partage de données et de connaissances, à relever efficacement les défis liés aux flux migratoires vers et à destination de l’Afrique».

S’il n’est pas fait mention dans le texte que la future structure sera basée sur le territoire marocain, ainsi que l’a souhaité le souverain chérifien, le CPS souligne tout de même l’importance de la collaboration entre ledit observatoire et les initiatives existantes, dont le Centre opérationnel régional de Khartoum et l’Initiative pour la Corne de l’Afrique dans le but de développer la collaboration et l’échange d’informations et lutter contre les crimes liés à la migration.