900 ressortissants Sénégalais basés à Libreville, sur les 1500 établis dans le pays, se sont inscrits volontairement pour un retour dans leur pays d’origine.

 © diasporaenligne.net

© diasporaenligne.net

 

Selon le directeur général des Sénégalais de l’extérieur, Sory Kaba, ses compatriotes établis sur la terre gabonaise, sont confrontés aux difficultés liées aux conditions de séjour, et des tracasseries administratives dans la mise en place des activités génératrices de revenus. Le témoignage a été fait le 3 octobre 2016, lors de l’ouverture de la réunion régionale du réseau migration et développement de la société civile en Afrique (Made Afrique), à Dakar.

Face aux difficultés que rencontrent ces migrants sénégalais sur le sol gabonais, notamment à se conformer aux dispositions légales du pays, le directeur général des Sénégalais de l’extérieur s’est engagé dans une campagne pour un retour volontaire de ceux qui le désir. Le coût jugé élevé pour l’obtention d’un titre de séjour demeure la principale cause de la gêne de cette communauté. Soit 900.000 francs CFA pour l’obtention d’une carte de séjour d’une validité deux ans. «Partout où nos compatriotes vivent des difficultés, nous les invitons à un retour volontaire. C’est une nouvelle volonté du gouvernement du Sénégal. S’ils souscrivent à cette démarche, nous allons réunir les conditions de les ramener au Sénégal», a déclaré Sory Kaba, relayé par le site d’information sen360.fr. «Nous allons aussi les aider à une réinsertion sociale et économique», rassure le directeur des Sénégalais de l’extérieur.