Ambassadeur du Gabon au Sénégal depuis septembre 2015, Michel Régis Onanga Ndiaye a décrypté la qualité des relations entre les deux pays, le 17 août à Dakar. S’il a qualifié d’excellentes les relations entre les deux pays, le diplomate a également mis en avant des axes de coopération méritant d’être renforcés.

Michel Régis Onanga Ndiaye, ambassadeur du Gabon au Sénégal depuis septembre 2015. © news.adakar.com

 

A l’occasion des 57 ans de l’accession du Gabon à l’indépendance, le 17 août, l’ambassadeur du Gabon au Sénégal a fait le point de la coopération entre Libreville et Dakar. «Les relations entre le Gabon et le Sénégal sont excellentes», a déclaré Michel Régis Onanga Ndiaye, relayé par le média en ligne lesoleil.sn.

Selon le diplomate en poste depuis septembre 2015, les relations entre les deux pays date d’avant les indépendances et sont basées sur des liens humains, d’amitié et de fraternité avec une histoire pleine de symboles. «Ces liens ont continué de s’enrichir et de se renforcer sous la conduite éclairée des présidents Ali Bongo Ondimba et Macky Sall et, avant eux, de leurs illustres prédécesseurs», a affirmé Michel Régis Onanga Ndiaye.

Et ce dernier de livrer sa vision sur les axes devant constituer la priorité de la coopération entre les deux pays. «La priorité la plus importante, à mon avis, devrait être la préservation et la consolidation des acquis, c’est-à-dire renforcer l’ensemble de ces liens d’amitié, de fraternité qui durent depuis si longtemps», a estimé l’ambassadeur.

Pour Michel Régis Onanga Ndiaye, le Gabon voudrait renforcer également sa coopération avec le Sénégal dans le domaine de l’enseignement universitaire et la formation professionnelle ; «au regard du nombre sans cesse croissant de jeunes Gabonais étudiants et stagiaires formés au Sénégal, mais également des échanges réguliers entre enseignants gabonais et sénégalais dans les deux pays».

Dans le même sens, il a souligné que «la formation militaire dans les écoles d’officiers et sous-officiers de l’École nationale d’officiers d’Active de Thiès, l’École militaire de santé de Dakar et le Prytanée Militaire de Saint Louis, sont des modèles encourageants de coopération réussie». Tout comme l’axe culturel, autre domaine marchant le mieux entre les deux pays.

«L’inauguration, ce 13 août 2017, de la chaîne Label TV de Mactar Sylla ; la présence de jeunes animateurs et producteurs gabonais dans les chaines de radio et la cinématographie au Sénégal, la production par les artistes Abiba et Sidiki Diabaté de la seconde chanson de la Can (Coupe d’Afrique des nations, ndlr) 2016 au Gabon, la participation de l’agence de cinématographie gabonaise dans le film «Félicité» d’Alain Gomis, les échanges entre le musée de Libreville et le musée des civilisations noires de Dakar sont également des exemples notoires à encourager», s’est réjoui Michel Régis Onanga Ndiaye.

L’enthousiasme est cependant moins prononcé au niveau de la coopération économique et commerciale. En effet, l’ambassadeur du Gabon au Sénégal a estimé que celle-ci doit être renforcée. «Si l’on peut se féliciter de la qualité des relations politiques et diplomatiques, il y a lieu de convenir qu’en dépit du renforcement du cadre formel en vigueur, la structure des échanges commerciaux entre nos deux pays constitue une faiblesse qui nécessite d’être corrigée, au regard des potentialités qu’offrent nos pays respectifs et des ambitions partagées par nos deux chefs d’État», a déclaré Michel Régis Onanga Ndiaye.