Face à la nécessité d’expliquer les mesures prises par le gouvernement au cours des derniers Conseils des ministres, le Chef du gouvernement a engagé une campagne de communication. Celle-ci a particulièrement ciblé les représentants des pays du G20 et des institutions financières internationales.

Le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, communicant avec les plénipotentiaires
des pays du G20 et des institutions financières internationales, le 5 juillet 2018. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Suivant les recommandations du Conseil des ministres du 4 juillet, le Premier ministre a rencontré ce 5 juillet les diplomates du G20 et les représentants des institutions financières internationales, pour une communication explicative sur la cure d’austérité engagée par le gouvernement.

Emmanuel Issoze Ngondet a déclaré au début de cette réunion qu’il voulait les entretenir sur «un sujet très important (…) sur lequel le gouvernement attache le plus grand prix à avoir des échanges fructueux» avec eux pour obtenir leur compréhension et surtout leur accompagnement. «Ce sujet a trait aux réformes économiques récemment adoptées par le gouvernement dans le but d’accélérer la mise en œuvre du Plan de relance de l’Economie (PRE)», a indiqué le Premier ministre.

Lors de sa déclaration de politique générale, a-t-il relevé, il avait pris l’engagement d’initier un certain nombre de reformes dont les axes essentiels étaient : assainir les finances publics, promouvoir les investissements privés et créer des emplois. «Ce sont des sujets qui nous intéressent tous parce qu’ils sont au cœur des préoccupations de coopération et des partenariats que nous avons avec vos pays respectifs, mais aussi avec les institutions que vous représentez ici», a-t-il assuré.

Les mesures prises par le gouvernement peuvent être regroupées, selon Issoze Ngondet, en trois ordres: les réformes jugées fondamentales visant à assainir les finances publiques. «Ces réformes constituent des ajustements qui sont susceptibles d’intéresser les bailleurs de fonds qui nous accompagnent dans la mise en œuvre du PRE», a-t-il expliqué.

Le deuxième vise à attirer les investissements directs étrangers (IDE). «Et l’un des objectifs de votre mission est d’encourager les investisseurs de vos différents pays à s’intéresser au marché gabonais, aux potentialités qu’offre le Gabon. Nous avons pris des réformes pour rendre ces potentialités encore plus attrayant et offrir aux potentiels investisseurs de vos différents pays intéressés par le marché gabonais, des opportunités appréciables», a soutenu Emmanuel Issoze Ngondet.

La dernière catégorie des réformes vise à créer des emplois. «L’économie ne marche que si elle crée des emplois», a-t-il souligné ajoutant : «Vous avez à cœur d’encourager les entreprises de vos pays à s’installer au Gabon, nous avons à cœur d’offrir un environnement propice à ces entreprises de sorte que, en même temps qu’elles créent des richesses, elles créent des emplois», a plaidé le Premier ministre.

Si les diplomates ont salué l’initiative du chef du gouvernement, ils ont cependant relevé certains points qui fragilisent les entreprises étrangères et freinent les investissements étrangers. Les deux parties ont convenu de trouver des solutions susceptibles de garantir la paix, la stabilité sociale et économique.