Au terme de son assemblée générale du 28 novembre à Libreville, Dynamique unitaire a décidé d’organiser trois jours de grève générale les 10, 11 et 12 décembre. Un mouvement d’humeur visant à protester contre les mesures d’austérités adoptées par le gouvernement.

Vue de leaders de Dynamique unitaire. © gaboninfoslive.files.wordpress.com

 

Réunie en assemblée générale le 28 novembre à Libreville, Dynamique unitaire a annoncé trois jours de grève sur l’étendue du territoire national. A travers ce mouvement d’humeur prévu du 10 au 12 décembre, la confédération syndicale entend contester les mesures d’austérité inscrites par le gouvernement dans le projet de loi de finances 2019.

Proposé lors de l’assemblée générale, la grève de trois jours a été votée à l’«unanimité» par l’ensemble des membres présents. Annoncées lors du conseil des ministres du 28 juin dernier, les mesures d’austérité, selon le gouvernement, visent l’assainissement des finances publiques, la réduction du train de vie de l’Etat et l’amélioration de l’efficacité de l’administration.

Si elle approuve les objectifs finaux de ces mesures, Dynamique unitaire s’oppose cependant à ce que les salaires et carrières des fonctionnaires soient affectés. D’où sa série de protestations depuis cinq mois. La confédération syndicale prévoit par ailleurs une «grande marche noire pacifique» le 18 décembre.

Cependant, celle-ci n’entre pas dans le cadre de la protestation contre les meures d’austérité, mais vise à demander la démission de l’ensemble des juges constitutionnels. Celle-ci est également approuvée à l’unanimité par l’assemblée générale. Pas sûr cependant que la «grande marche noire pacifique» du 18 décembre ait lieu. Il y a fort à parier qu’elle soit empêchée par la police, comme la dernière marche de Dynamique unitaire prévue le 28 août dernier.