Dynamique unitaire sollicite l’annulation de l’ordonnance 0000016/PR/2018 du 23 février 2018 prise par le gouvernement, pour donner un cadre juridique aux mesures d’austérité décidées le 21 juin 2018 dans le cadre de la réduction du train de vie de l’Etat.

La Cour constitutionnelle ouvre les auditions entre la Dynamique unitaire et le gouvernement. © D.R.

 

Les juges de la Cour constitutionnelle auditionneront ce 6 août 2018 les responsables de Dynamique unitaire, suite au recours en annulation porté devant cette juridiction par l’intersyndicale.

Dynamique unitaire sollicite en effet l’annulation de l’ordonnance 0000016/PR/2018 du 23 février 2018, portant modification suppression et complétant certaines dispositions de la loi 1/2005 du 4 février 2005 portant statut général de la fonction publique. Cette ordonnance a été prise pour donner un cadre juridique aux mesures d’austérité prises par le gouvernement le 21 juin 2018.

Dynamique unitaire n’entend pas laisser entrer en application ces mesures qualifiées de dangereuses pour la carrière l’agent publique. Pour la confédération syndicale, il faut user de toutes les voies légales et de toutes les actions  nécessaires, pour obtenir l’annulation de ces mesures visant la «précarisation» du fonctionnaire gabonais.

«Nous n’accepterons pas d’être des victimes expiatoires de cette austérité imposée. Nous ne sommes pas comptables de la déviance gouvernementale et de la mal gouvernance criminelle», prévient Jean Rémy Yama.

Après les responsables de Dynamique unitaire, le tour viendra au gouvernement d’être auditionné sur l’objet du recours de la confédération syndicale, afin de permettre à la Cour constitutionnelle de statuer sur la question.