Le secrétaire général du ministère de la Santé a constaté auprès des deux principaux grossistes du pays, le 8 mars à Libreville, la disponibilité de plusieurs médicaments (glucosés, antibiotiques, Augmentin, Vogalène, antipaludéens, etc.) absents des pharmacies depuis quelques jours. La pénurie de médicaments devrait être totalement réglée d’ici à la semaine prochaine.

Les antibiotiques, notamment, étaient en rupture de stock aussi bien chez les distributeurs que dans les pharmacies. © r.cdn.v5.futura-sciences.com

 

Peu après la pénurie de médicaments «essentiels» et de vaccins, le secrétaire général du ministère de la Santé a effectué une descente, le 8 mars à Libreville, à l’entrepôt des principaux grossistes et répartiteurs du Gabon. Il s’agissait pour Léonard Assongo, de constater le retour à la normale au sein des structures Ubipharm et de PharmaGabon, après la pénurie de certains produits (glucosés, antibiotiques, Augmentin, Vogalène, antipaludéens, etc.).

«Après le cri d’alarme des populations, la ministre d’Etat (Denise Mekam’ne, ndlr) a tenu une réunion le 6 mars avec l’ensemble des acteurs. Et de cette rencontre qui a servi à débattre de la question du médicament dans sa globalité, il est ressorti que la pénurie observée chez nous n’est pas propre au Gabon. Mais relève d’un problème mondial», a déclaré Léonard Assongo, relayé par le quotidien L’Union.

En effet, autorités sanitaires et responsables de laboratoires de distribution soutiennent que plusieurs facteurs étaient à l’origine de cette pénurie. Notamment, le déficit de fabrication des molécules, les problèmes de visas et d’autorisation de mise sur le marché. Ou encore, la dette de la Caisse d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), vis-à-vis des grossistes non en règle avec la Douane.

Pour les grossistes, ce retour à la normale tombe à point. «Il y a eu rupture de produits d’urgence, mais les procédures mises en place par le ministère de la santé, en rapport avec la Douane, nous permettent aujourd’hui d’avoir les conteneurs et les palettes le plus rapidement possible. On a pu avoir des molécules indépendances pour pallier la rupture du quinimax», a déclaré le directeur général adjoint de PharmaGabon.

Selon Ousmane Guindo, des conteneurs de glucosés et sodium, notamment, sont également en cours de livraison. La distribution de ces produits, au niveau des officines privées et hôpitaux, a effectivement repris. La pénurie de médicaments devrait être totalement réglée d’ici à la semaine prochaine.