Une étude de l’organisation panafricaine African media Initiative (AMI), révèle que «les Africains apprennent peu sur leur continent par le biais des médias nationaux».

 

© Gabonreview

 

Sur le plan médiatique, l’Afrique est mal servie par les Africains. C’est ce que révèle la dernière étude d’AMI, «Reporting Africa», publiée en juillet. Celle-ci montre que «la plupart des informations sur l’Afrique proviennent de sources extérieures au continent». Selon les auteurs du rapport, l’excuse serait à trouver dans les moyens financiers et les capacités professionnelles limités, dont fait face la plupart des médias locaux africains, au point de développer une dépendance à l’égard des sources d’information étrangères, telles que les agences de presse occidentales.

Entrepreneure dans les TIC, Wangethi Mwangi craint que «le fait de continuer à compter sur les agences de presse étrangères garantira la persistance d’un leadership médiocre dans une poignée de pays ; ce qui continuera à fournir un riche vivier pour la production de reportages négatifs qui définissent l’ensemble du continent».

Pour Eric Chinje, ancien journaliste camerounais et co-auteur de l’étude, il n’est pas trop tard pour mieux faire. «Si nous voulons réinventer l’image de l’Afrique et changer le récit, propose-t-il, nous devrons trouver des moyens novateurs pour augmenter considérablement les investissements dans les médias et utiliser la technologie pour alimenter le contenu des médias au-delà des frontières en Afrique. Il doit y avoir un véritable effort local visant à définir et à façonner le récit d’une manière qui reflète la diversité des voix et des images d’un continent en mouvement.»

Pour l’heure, l’organisation panafricaine AMI remarque que «les médias africains sont avant tout nationaux dans leurs perspectives et leurs centres d’intérêt, avec rarement plus d’une page ou deux dans les quotidiens nationaux consacrés aux informations sur les autres pays de la région».

L’étude d’AMI s’est basée sur «une approche méthodologique mixte, en mettant l’accent sur les analyses de contenu et un questionnaire d’enquête soumis aux rédacteurs en chef à travers l’Afrique». Une réunion d’experts sur le thème de la Couverture médiatique de l’Afrique a apporté des contributions et des analyses supplémentaires, ajoute l’organisation panafricaine.