A l’occasion de la date anniversaire du décès d’un des martyrs de l’opposition, le chef de file de l’opposition fera déposer une gerbe de fleurs ce 20 décembre sur la tombe du disparu, à 30 kms de Bitam dans le Woleu-Ntem.

Jean Ping déposera une gerbe de fleurs sur la tombe de Mboulou Beka. © Timael Mbembo

 

Bruno Mboulou Beka, décédé le 20 décembre 2014 à Libreville. © D.R.

Jean Ping fera déposer une gerbe de fleurs sur la tombe de Bruno Georges Mboulou Beka à Konoville les deux Eglises. Ce martyr avait été assassiné le 20 décembre 2014 à Rio dans le 3e arrondissement de Libreville, lors d’une manifestation pacifique de l’opposition gabonaise.

Le président de la Coalition pour la nouvelle république (CNR) entend honorer la mémoire du disparu. Occasion pour lui, d’interpeller les autorités judiciaires sur l’enquête ouverte à propos de sa mort. Trois ans après, les auteurs de ce crime ne sont toujours pas connus.

Cet hommage rappelle, selon Jean Ping, d’autres exactions de ce type, notamment les assassinats du 31 août 2016. «À travers ce souvenir macabre, la Coalition de la Nouvelle République tient à rappeler au peuple gabonais l’indispensable nécessité de se battre et de résister pour que le sacrifice de tous ces jeunes gabonais qui ne demandaient qu’à vivre dans un pays libre et prospère ne soit pas vain. Le moment est venu pour chacun de comprendre qu’en restant passif devant les multiples crimes et exactions du régime émergent, c’est notre avenir et le futur de notre cher Gabon qu’on tue. Plus que jamais, nous devons nous mobiliser au-delà de nos clivages ethniques et politiques pour libérer le Gabon de cinquante ans de dictature criminelle», a indiqué Jean Ping dans un communiqué.

Un devoir de mémoire que le leader de l’opposition entend honorer.

Auteur : Alain Mouanda