Le chiffre d’affaires consolidé du groupe pétrolier français s’élève à 172 millions d’euros pour le premier semestre 2017, soit une hausse de 21%, par rapport au premier semestre de l’année précédente.

Le chiffre d’affaires de Maurel & Prom s’est établi à 172 millions d’euros au 1er semestre 2017 (illustration). © bsolutions.be

 

Établi à la même période en 2016 à 142 millions d’euros, au premier semestre 2017, Maurel & Prom revendique un chiffre d’affaires de 172 millions d’euros. Le groupe pétrolier et gazier français connaît donc une hausse de 21%. Selon le siège parisien, ses dernières activités au Gabon y sont pour beaucoup, en plus de celles de la Tanzanie.

L’évolution du chiffre d’affaires est le résultat d’une forte progression du prix moyen de vente de l’huile produite au Gabon (+29 % par rapport au S1 2016) alors que les quantités vendues ont diminué de 7 % par rapport au S1 2016, a précisé, mardi 25 juillet, le Groupe qui a ajouté : «Le prix moyen de vente de l’huile suit l’évolution favorable du prix de référence du marché, à savoir le Brent. Il bénéficie par ailleurs de l’amélioration de la valorisation de la qualité du Rabi light dont la décote par rapport au Brent était en moyenne de 2,17 $/b sur l’ensemble de l’exercice 2016 et de 1,35 $/b au S1 2017.»

Au premier semestre 2017, la production d’huile s’est notamment élevée à 19 764 barils par jour (b/j), dont 80% pour le Groupe. Ce qui a fait un total de 24 705 b/j opérés par Maurel & Prom au Gabon. «Ce niveau est inférieur à la capacité de production des champs, cette dernière ayant été affectée par un mouvement de grève ayant perturbé les opérations au T1 2017 et dont les conséquences se sont poursuivies au T2 2017», a indiqué l’exploitant pétrolier et gazier ayant cédé ses actifs, en février 2017, à la compagnie d’État indonésienne Pertamina.

La Tanzanie a également compté pour la réalisation de ce beau chiffre d’affaire au premier semestre. Les quantités de gaz qui y ont été produites se sont élevées à 17,8 Mpc/j, avec 48,06% de parts pour Maurel & Prom. «La capacité de production de gaz sur le permis de Mnazi Bay s’élève actuellement à environ 80 Mpc/j, pour une production opérée moyenne de l’ordre de 37 Mpc/j à 100 % au S1 2017. Ce niveau de production est dépendant de la consommation industrielle de gaz à Dar Es Salam, via les demandes effectuées par TPDC à l’opérateur. En juillet 2017, cette demande a fortement augmenté, la production se situant actuellement à environ 70 Mpc/j à 100 %», a précisé le Groupe.