En détention préventive à la prison centrale de Libreville depuis un an pour «provocation directe» et «instigation à un attroupement non armé», Fréderic Massavala Maboumba n’est pas moins candidat aux législatives dans le département de Tsamba-Magotsi (Fougamou). Face au candidat du PDG Guy-Bertrand Mapangou, le membre de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) appelle dans cette lettre ouverte les électeurs à «arbitrer» en sa faveur.

Frédéric Massavala Maboumba, peu avant son incarcération en septembre 2018. © Gabonreview

 

Chers électeurs, Chers parents,

Je suis en prison pour des raisons que j’ignore.

Depuis plus d’un an, jusqu’à ce jour, je ne suis pas jugé ; cela prouve que cette arrestation, qui a été orchestrée par mes adversaires politiques, n’avait pour objectif que de m’empêcher d’être candidat aux élections qui devaient se tenir au plus tard en décembre 2017.

Poursuivant leur objectif, ils ne se sont pas gênés de rejeter ma candidature en septembre 2018 à travers le Centre Gabonais des Elections (CGE). Grâce à la volonté divine, cette candidature a été validée après recours. Me voici donc, du fond de ma cellule, candidat face à mes bourreaux.

Alors, il vous revient d’arbitrer à travers cette élection.

Pour ma part, je vous sais digne et sage en face de l’injustice dont je suis victime.

J’attends du peuple de Tsamba-Magotsi un vote massif, en ma faveur.

De votre vote dépendra ma libération.

Alors à très bientôt parmi-vous.

Fréderic Massavala Maboumba (FMM)