Alors que les investissements marocains disposent déjà de la Cimaf au Gabon, un projet de nouvelle cimenterie est envisagé à Owendo, porté par LafargeHolcim Maroc. Mohammed VI continue sa politique de conquistador du business.

© lereporter

 

Malgré la présence au Gabon de la société marocaine Ciment d’Afrique (Cimaf), le royaume chérifien envisage de construire une nouvelle cimenterie dans la zone portuaire d’Owendo, à en croire Africa Intelligence, publication spécialisé sur l’information confidentielle. Un dossier à cet effet a été déposé, par LafargeHolcim Maroc, sur la table des autorités gabonaises, il y a quelque semaines.

Fort de ce que le président gabonais est un ami d’enfance et un allié de Mohammed VI, le projet «sera bien reçu par Ali Bongo». On se demande néanmoins si la Cimaf est en incapacité de couvrir les besoins du marché local. Dans le contexte gabonais, la production de l’usine de Cimaf, 500.000 tonnes actuellement, est de extensible à un million de tonnes par an tandis que le besoin annuel est estimé à 75.000 tonnes, selon Echos du Nord. De plus, en juillet dernier, le gouvernement gabonais a interdit l’importation du ciment pendant deux ans. Ce, après avoir passé un accord avec les producteurs locaux de ciment, définissant les engagements en termes d’approvisionnement du marché, de fiabilité du circuit logistique, de prix, de création d’emplois et de mise en œuvre d’un programme d’industrialisation moderne à l’échelle nationale.

L’implantation de LafargeHolcim au Gabon mettra nécessairement à mal Anas Sefrioui, magnat de l’immobilier au Maroc, dont le groupe, Addoha, est la maison-mère de Cimaf. On doit donc comprendre que ce projet s’inscrit tout simplement dans la stratégie de conquête de l’Afrique noire, déployée depuis quelques années par le roi du Maroc, nouveau conquistador du business.

Mohammed VI est d’ailleurs connu pour être le principal actionnaire de LafargeHolcim Maroc à travers Al Mada, nouveau nom de la Société nationale d’investissement (SNI). En 2017, celle-ci a investi 6,5 milliards de dirhams (347 milliards de francs CFA environ) sur le continent noir. À ce jour, Al Mada est présent dans 24 pays d’Afrique dont le Gabon. Chut ! l’argent n’aime pas le bruit.