Visant à conserver la capacité à opérer dans des conditions tropicales, cet exercice militaire initié au Gabon du 15 septembre au 15 octobre  par des troupes belges s’est soldé par une note de satisfaction.

Moment de l’exercice. © over-blog-kiwi.com

 

Mené au Gabon du 15 septembre au  15 octobre, l’exercice militaire baptisé Tropical Storm s’est achevé sur un bilan satisfaisant. C’est du moins l’avis du ministère belge de la Défense. Sur cette période, des militaires belges ont mené une série d’entraînements dans plusieurs localités du Gabon. Le tout dans des conditions météorologiques parfois très difficiles.

En effet, cet exercice biennal vise notamment à conserver la capacité à opérer dans des conditions tropicales. «Les forces armées sont censées pouvoir intervenir en Afrique dans des délais très courts», a commenté le chef de corps du 2e bataillon de Commandos. «Mais vu que ces délais sont réduits, les troupes n’ont pas le temps de découvrir par elles-mêmes la difficulté d’être déployées dans un climat aussi exigeant. Elles y sont donc confrontées ici en exercice», a poursuivi Frédéric Linotte sur 7sur7.be.

Le Lieutenant-colonel n’a pas manqué d’évoquer les conditions dans lesquelles ses troupes ont opéré au cours de cet exercice militaire. «Nous avons été confrontés à une météo adverse. Il fait très chaud et les troupes doivent faire face à une moiteur constante. Mais cela entraîne aussi des limitations sur les opérations. Le fait qu’il fasse mauvais peut entraîner des entraves au bon déroulement de l’exercice», a-t-il analysé.

«Sur le terrain, la végétation est aussi particulièrement dense et fournie, avec une faune qui peut être dangereuse. Un des mes hommes a reçu un liquide neurotoxique d’une araignée, par exemple. C’est la réalité du terrain», a-t-il étayé.

Les troupes ont eu l’occasion d’expérimenter de nouveaux types d’entraînements, dont un training de survie en jungle mené dans le centre français d’aguerrissement Outre-Mer et Etranger (CAOME). «Nous avons également pu procéder à des manœuvres tactiques de plus grande ampleur avec l’appui d’hélicoptères. Nous avons pu exécuter des sauts en parachute et des opérations amphibies sur la mer et sur les rivières», a conclu Frédéric Linotte.

Durant l’exercice qui a impliqué au total près de 800 militaires, deux bataillons de la Brigade Légère se sont entraînés en alternance, dans différentes localités du Gabon. Tropical Storm a été mené en collaboration avec l’armée gabonaise, avec l’appui des forces françaises et américaines qui disposent de facilités sur place.