Le week-end du 24-25 février a été marqué par une forte effervescence dans le département de la Dola. Quatre jours après sa sortie du gouvernement, Yves-Fernand Manfoumbi tenait à la remobilisation des populations de Ndendé et ses environs autour des idéaux du Parti démocratique gabonais (PDG) et du soutien à l’action du président de la République. L’occasion, d’appeler au soutien à sa candidature pour le compte du PDG lors des prochaines élections législatives !

Yves-Fernand Manfoumbi, le 24 février 2018 à Ndendé. © D.R.

 

Combien étaient-ils ? Deux cents, trois cents ? Peut-être plus, peut-être un peu moins, mais ils étaient là autour de lui, les nombreux soutiens de l’ex-ministre de l’Agriculture… Informé des risques de démobilisation des «troupes» de son parti suite à sa sortie du gouvernement, Yves-Fernand Manfoumbi est allé à la rencontre du «peuple de Ndendé». Objet de la visite : rassurer les uns et les autres et réaffirmer la nécessité de soutenir l’action du président de la République.

© D.R.

«Nous devons rester fidèle au chef de l’Etat. Ali Bongo est celui qui a donné à Ndendé le visage qui est le sien aujourd’hui, avec des infrastructures qui manquaient autrefois. Nous lui devons notre reconnaissance, et nous devons tous ensemble, avec lui et à ses côtés, poursuivre ce travail», a souligné Yves-Fernand Manfoumbi.

Lors du meeting organisé à cette occasion, le membre du Bureau politique du PDG a voulu aussi appeler les militants à soutenir sa candidature au cours des élections législatives à venir. «Ndendé doit, à l’occasion de ces élections, maintenir son ancrage dans le PDG. J’attends à cet effet le soutien de tous», a lancé l’ex-ministre de l’Agriculture.

Deux partis se partagent généralement les suffrages des électeurs à Ndendé : le PDG et l’Union du peuple gabonais (UPG). Après une domination sans faille de l’UPG sous Pierre Mamboundou pendant quelques années, le Parti démocratique gabonais «cornaqué» dans la localité par l’ancien membre du Comité permanent du Bureau politique du parti, entre autres, est parvenu à tout rafler lors des élections législatives de 2011, des locales de 2013 et des sénatoriales de 2015 : le siège de député de la localité, le poste de maire, ainsi que celui de président du Conseil départemental, et le siège de Sénateur de la Dola.

Revenu à Libreville dans la nuit de dimanche, Yves-Fernand Manfoumbi a pris part, le lendemain, à la passation de service avec son successeur au ministère de l’Agriculture.