Une dame a été interpelée par les forces de police, le 4 mars dernier, pour avoir tenté d’enlever son petit-fils de la clinique où il venait de voir le jour.

Les agents de la police transportant l’indélicate vers leur véhicule. © Gabonreview

Les agents de la police transportant l’indélicate vers leur véhicule. © Gabonreview

 

Les policiers essayant d’extirper la mamie casse-cou de son véhicule. L’indélicate avant son transport vers le véhicule de la police et l’une des employés de l’Union médicale percutée par la fameuse mamie. © Gabonreview

Les policiers essayant d’extirper la mamie casse-cou de son véhicule. L’indélicate avant son transport vers le véhicule de la police et l’une des employés de l’Union médicale percutée par la fameuse mamie. © Gabonreview

Une scène plutôt inhabituelle s’est produite dans l’après-midi du 4 mars dernier dans l’enceinte de la clinique Union médicale au quartier ancienne Sobraga à Libreville. Une mère de famille, la quarantaine révolue, a tenté de soustraire son petit-fils, de quelques heures de vie, des soins médicaux exigés aux nouveau-nés. Face au refus du personnel soignant de céder à sa demande, la jeune grand-mère s’est dirigée vers son véhicule, emportant tout sur son chemin notamment, la grille de sécurité de la structure et deux des personnels de la clinique.

N’eût été la bravoure du vigile qui a su immobiliser le véhicule à l’aide d’un tronc d’arbre et d’une bouteille de gaz vide, les dégâts aurait été plus importants, l’indélicate ne répondant plus d’elle-même. «C’est la dame elle-même qui a conduit sa fille pour accoucher. L’accouchement s’est bien déroulé et tout allait bien jusqu’au moment où il fallait aspirer les sérosités au bébé. C’est à ce moment qu’elle s’est interposée, provoquant tout ce vacarme», a expliqué un personnel de la clinique sous couvert d’anonymat.

Alertée, la police a effectué le déplacement des lieux pour s’enquérir de la situation et prendre à ses soins la jeune dame, décrite par les riverains comme sujette à des troubles mentaux. «Elle a exigé que lui soit remis son petit-fils et sa fille sinon, elle allait faire couler le sang. Elle a même arraché le nouveau-né qu’elle a mis entre son bras et son tronc», a déclaré un patient ayant assisté à la scène.