Après leur entrée au gouvernement, le porte-parole de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence invite le PSD, l’ACR, l’UPG et Démocratie nouvelle à clarifier leur positionnement politique en signant la charte de la MRSE.

Le porte-parole de la majorité Guy Christian Mavioga. © D.R.

 

Pour Guy Christian Mavioga, il n’y a pas de honte à faire la politique du chef de l’Etat. Seulement, le secrétaire général exécutif du Bloc démocratique (BDC) et porte-parole de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence estime qu’il faut être capable de l’assumer. Aussi, invite-t-il, dans une déclaration, les nouveaux alliés d’Ali Bongo, dont certains ont récemment intégré le gouvernement, à souscrire officiellement à la MRSE. L’objectif, selon lui, est de «faire bloc autour du président de la République, afin de lui permettre de mener jusqu’à bon port, le train de l’émergence pour redonner espoir aux Gabonais».

«Dans cette optique, exhorte-t-il, il serait souhaitable que le PSD de Pierre-Claver Maganga Moussavou, l’ACR de Bruno Ben Moubamba, le PDS de Séraphin Ndaot Rembogo, l’UPG de Mathieu Mboumba Nziengui et Démocratie nouvelle (DN) de René Ndemezo’o Obiang clarifient leur positionnement politique en prenant maintenant le courage de signer la charte de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence.»

S’il dit ne pas partager forcément le choix posé sur certaines personnalités, le leader du BDC n’appelle pas moins «tous les partis politiques présents au gouvernement à se regrouper autour d’une majorité recomposée plus forte pouvant permettre à son chef de se construire une majorité parlementaire solide lors des prochaines échéances électorales». Pour Guy Christian Mavioga, Ali Bongo a «besoin que tous ceux qui se reconnaissent en lui mouillent véritablement le maillot afin de lui permettre de remporter la bataille contre la pauvreté et ce, en faisant preuve de loyauté et de fidélité à sa personne pour un Gabon fort et prospère».