Le secrétaire général exécutif du Bloc démocratique (BDC), Guy Christian Mavioga, a rencontré le secrétaire permanent de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence, le 7 septembre dernier. Objectif, concevoir l’avenir de cette famille politique.

Le secrétaire général exécutif du Bloc démocratique (BDC), Guy Christian Mavioga le 7 septembre secrétaire général du PDG Éric Dodo-Bounguendza. © Gabonreview

 

Soucieux du challenge de la stabilité et de la relance de l’économie qui s’impose au régime en place, le secrétaire général exécutif du Bloc démocratique (BDC) et porte-parole de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence a rencontré le 7 septembre 2017, le secrétaire exécutif du Parti démocratique gabonais (PDG), Éric Dodo-Bounguendza. Objectif, le féliciter et lui garantir la disponibilité de son parti, à œuvrer à ses côtés pour le renforcement de la majorité.

S’inscrivant dans la logique du dramaturge et poète français, Jean Racine, «Qui veut voyager loin ménage sa monture», le secrétaire général exécutif du Bloc démocratique (BDC) Guy Christian Mavioga, estime impérieux pour la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence de se mettre déjà au travail, pour mieux aborder les challenges à venir et accompagner efficacement le président de la République dans son exercice.

«Nous avons devant nous quatre grands challenges. Le premier est de répondre aux problèmes que rencontrent au quotidien, les populations gabonaises. Le deuxième est celui de l’organisation des élections législatives. Le troisième, l’organisation des élections locales et le dernier, l’élection présidentielle de 2023. Pour cela, nous devons réorganiser la majorité avec la redistribution de nouvelles tâches, de nouveaux rôles à un certain nombre d’acteurs politiques de la majorité», a déclaré Guy Christian Mavioga.

Si pour le porte-parole de la Majorité, la réussite de ces challenges est une affaire de tous, il importe aux partisans de ce regroupement politique de se mettre ensemble, et aux ministres issus des rangs de l’opposition, de se situer en signant la charte d’adhésion à la Majorité, afin de travailler en toute sérénité et de manière collégiale, pour relever le défi de la stabilité et de la relance de l’économie.

«Je suis en campagne pour faire en sorte que tous les partis politiques de l’opposition qui sont rentrés au gouvernement depuis le 2e septennat d’Ali Bongo, adhérent à la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence. Il faut que les gens comprennent que, quand on est dans un gouvernement, on ne s’oppose pas à ce gouvernement-là, et quand on est vice-président de la République, on ne travaille pas contre le président de la République. Il faut avoir le courage d’assumer les actes que vous posez», a indiqué Guy Christian Mavioga.