Les obsèques de Mackjoss, qui sera conduit à sa dernière demeure le samedi 5 mai 2018, ont été lancées ce jeudi 3 mai à Libreville.

Le cercueil de Mackjoss à la cathédrale Sainte-Marie, le 2 mai 2018, à Libreville. © Gabonreview

 

C’est à «un artiste hors pair» ayant «rythmé notre vie (tout en) nous donnant du courage» dans nos moments de tristesse et de doute que l’abbé Serge-Patrick Mabickassa a rendu hommage ce jeudi 3 mai en la cathédrale Notre Dame de l’Assomption (Sainte-Marie) à Libreville.

Moments de la messe de funérailles. © Gabonreview

Deux semaines après le décès de l’artiste âgé de 72 ans, au Centre hospitalier universitaire de Libreville, des suites d’une longue maladie, les obsèques de l’artiste sont actuellement organisées dans la capitale avant le départ de sa dépouille mortuaire à Mouila.

«Nous sommes tous témoins de ce que la musique de Mackjoss avait une grande portée philosophique», a déclaré le prêtre célébrant, qui a présenté le défunt comme un homme dont le «cœur était rempli d’amour». «Après l’amour que nous avons reçu de Mackjoss, nous voulons lui exprimer notre reconnaissance», a-t-il souhaité, estimant que l’artiste a impacté la vie de chacun des gabonais, toutes générations confondues.

Ne souhaitant pas retracer «l’histoire» du disparu, un membre de la famille n’a pas manqué de rappeler que Jean-Christian Makaya ma Mboumba est né à Mimongo «sur des feuilles de bananiers séchées» comme le défunt aimait lui-même à le dire. Lors de son intervention, durant l’office funéraire, le représentant de la famille de Mackjoss l’a présenté comme «un auteur-compositeur, un poète, un pédagogue». «Mackjoss nous laisse dans une tristesse insupportable», a-t-il déclaré.

La messe en la cathédrale Notre Dame de l’Assomption a vu la présence de plusieurs acteurs du monde culturel national ainsi que du vice-président de la République Pierre-Claver Maganga-Moussavou et du ministre en charge de la Culture, Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Un hommage public sera rendu à Mackjoss au Palais des Sports de Libreville ce même 3 mai.