Voulant participer à la lutte contre la vie chère, l’Organisation gabonaise des consommateurs (OGC) a invité, le 16 avril, le gouvernement à établir la liste des produits exonérés de la contribution spéciale de solidarité (CSS).

© groupe-eit.com

 

La hausse des prix des biens et services observée depuis quelques semaines au Gabon, ne cesse de susciter des réactions des populations.

A la suite de la communication du gouvernement sur la contribution spéciale à la solidarité, l’OGC invite les autorités à «multiplier les campagnes d’informations sur la notion de biens et services de  première nécessité».

Ibrahim Tsendjeit Mboulou, président de l’OGC. © D.R.

Dans une déclaration faite ce 16 avril par son président, Ibrahim Tsendjeit Mboulou, l’Organisation gabonaise des consommateurs demande également à l’Etat «d’établir la liste des produits exonérés de la contribution spéciale de solidarité. De même, l’OGC exige du gouvernement de confectionner la liste des 166 produits surveillés soumis à un régime particulier des prix».

Apres avoir mené une enquête sur la hausse de prix au Gabon, l’OGC a constaté que celle-ci «est observable aux groupes Foberd pour les produits carnés et Ceca-Gadis, en particulier Super Gros,  qui fait dans la spéculation de la vente de l’eau minérale ou source produite par la Société des brasseries du Gabon (Sobraga)».

Face à cette augmentation des prix, qu’elle juge injustifiée, L’OGC invite la commission de lutte contre la vie chère «à se déployer régulièrement dans tout le pays». L’OGC a appelé également les maisons de téléphonie mobile à «revoir leurs tarifs dans le secteur».

Estimant que les consommateurs détiennent un pouvoir, l’OGC leur demande de faire «usage de ce pouvoir en achetant ou non dans les magasins foulant au pied les consignes de l’administration».

Auteur : Carlyne Mamboundou