Dans un rapport publié le 11 octobre 2016, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme qu’une augmentation de 20% du prix des boissons sucrées pourrait réduire d’autant leur consommation, et contribuera à lutter efficacement contre l’obésité et le diabète ainsi que réduire les caries dentaires dans le monde.

Boissons sucrées. © lesechos.fr

Boissons sucrées. © lesechos.fr

 

L’Organisation mondiale de la santé appelle les gouvernements à taxer les boissons sucrées. Cette piste préconisée par l’OMS, pour lutter contre l’obésité réduirait proportionnellement la consommation, indique-t-elle dans un rapport. «Une augmentation de 20 % des prix de ces boissons entrainerait une réduction de 20 % de la consommation ; une augmentation de 50 % réduirait la consommation de moitié», précise-t-elle.

L’agence onusienne part du constat qu’un adulte sur trois serait en situation de surpoids. En effet, à l’échelle mondiale, selon le premier rapport global de l’OMS publié en avril 2016, le nombre de cas d’obésité a doublé depuis 1980. En 2014, plus de 1,9 milliard d’adultes (18 ans et plus) étaient en surpoids, dont plus de 600 millions étaient obèses. En 2015, 42 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids ou obèses. Dans le même temps, le nombre d’adultes souffrant de diabète a explosé dans le monde en 35 ans, passant de 108 millions en 1980 à 422 millions en 2014.

L’OMS définie comme boissons sucrées, tous les produits qui contiennent du sucre ou des concentrés de maïs ou de jus de fruits ajoutés. Elles incluent les sodas, les boissons aux fruits, les boissons pour sportifs, les boissons énergisantes, les eaux vitaminées, le thé glacé sucré et la limonade. «Les politiques fiscales devraient viser les aliments et les boissons pour lesquels des alternatives plus saines existent», a estimé le rapport.

L’OMS a récemment recommandé que les sucres ajoutés ne dépassent pas 10 % de la consommation énergétique (calorique) quotidienne tout en soulignant que ne pas dépasser 5 % serait souhaitable. Ce qui représenterait 25 grammes, ou 6 cuillères à café, alors qu’une canette de boisson gazeuse en contient 10. «Si les gouvernements imposent une taxe sur des produits comme les boissons sucrées, ils peuvent réduire les souffrances et sauver des vies», a affirmé le responsable du département prévention des maladies non transmissibles à l’OMS, Douglas Bettcher.