L’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) annonce la création d’une force spéciale d’intervention rapide anti-braconnage, dotée d’une composante aérienne, qui inscrira ses actions dans la lignée de la politique de tolérance zéro contre le braconnage.

L’hélicoptère de type Gazelle, de la force spéciale d’intervention rapide anti-braconnage de l’ANPN. © DCP

L’hélicoptère de type Gazelle, de la force spéciale d’intervention rapide anti-braconnage de l’ANPN. © DCP

 

Selon un communiqué de la direction de la communication présidentielle, l’Agence nationale des parcs nationaux, a indiqué, la création de sa force spéciale d’intervention rapide anti-braconnage. L’annonce a été faite à l’occasion de la 17e session de la conférence des parties de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, (la CITES), qui se tient à Johannesburg, en Afrique du sud jusqu’au 5 octobre 2016.

À travers ce projet novateur initié en partenariat avec la Fondation Famille Ichikowitz, le Gabon, obtient un hélicoptère de type Gazelle, livraison assortie d’un cycle de formation pour les pilotes. La fondation s’engage également à fournir des équipements spécifiques pour les agents anti-braconnage, à organiser une formation spéciale pour les gardes forestiers et à implanter au pays une structure d’entrainement d’équipes cynophiles. «Nous devons infléchir notre stratégie anti-braconnage pour adapter notre réponse. Ce partenariat va nous permettre de disposer de matériels performants et des formations adéquates pour mieux assoir le contrôle souverain de notre patrimoine naturel», a déclaré le Secrétaire exécutif de l’ANPN, Lee White.

Les objectifs de cette force spéciale d’intervention rapide anti-braconnage, sont entre autres : intervention éclair sur le terrain opérée par les braconniers et les trafiquants, réaction rapide dans les zones forestières difficiles d’accès, capacités de projection contre le crime de faune d’ampleur transnationale, réponse adaptée au niveau croissant de violence des braconniers.

«Il convient de saluer les efforts menés par le président Bongo Ondimba pour l’intensification de la lutte contre la menace braconnière. Cette unité spéciale de protection de l’environnement pourvue de moyens aériens appuiera les efforts faits par le gouvernement pour protéger les plus importantes populations d’éléphants de forêt de notre planète», a déclaré le fondateur et président, Ivor Ichikowitz.

Le Gabon abrite aujourd’hui 60% de la population mondiale des éléphants de forêt. Rappelons que les défenses d’éléphant sont vendues 2000 dollars le kilo sur les marchés asiatiques. En dix ans, 70% des hardes ont été décimées.