Selon le tri-hebdomadaire Echos du Nord (parution du 28 mai 2018), l’ancien ministre d’Etat chargé de la Protection sociale et de la Solidarité nationale aurait confié à ses proches, lors de son dernier séjour à Paris, qu’il n’acceptera pas de se mettre «sous la tutelle» de Michel Menga

Paul Biyoghé Mba. © writeopinions

 

Paul Biyoghé Mba refuserait donc le poste de président du Conseil d’administration de la Société nationale immobilière (SNI) pour ne pas se mettre sous la tutelle du nouveau ministre d’Etat chargé de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Cadre de vie, Michel Menga m’Essone, avec lequel il a si peu d’atomes crochus. L’information livrée par le journal Echos du Nord tirerait sa source d’une confidence faite à des proches par l’ancien élu du canton Ikoy Tsini lors de sa récente visite à Paris.

La confidence est quelque peu surprenante quand on connaît le caractère et le cheminement politique de l’homme. En effet, en dehors de son coup d’éclat du 27 février 1994 en démissionnant du gouvernement Oyé Mba et du Parti démocratique gabonais, Paul Biyoghé Mba est connu comme «l’homme qui dit toujours oui», ne refusant jamais ni de descendre dans l’ordre protocolaire du gouvernement, ni dans celui du parti. L’a-t-il annoncée sous le coup de l’émotion ? Nombreux sont ceux qui le pensent.

Rentré récemment à Libreville, l’ancien ministre d’Etat n’a officiellement fait aucune déclaration officielle. Pendant ce temps, à la Société nationale immobilière, on se prépare pour la cérémonie de passation de service entre Fabien Ovono Ngua, le PCA sortant, et Paul Biyoghé Mba, puis son installation par le ministre d’Etat Michel Menga. Mais, selon des «sources proches du dossier», connaissant l’état des relations entre Michel Menga m’Essone et Paul Biyioghé Mba, le Premier ministre Emmanuel Issozé Ngondet pourrait être amené à procéder à l’installation du nouveau PCA de la SNI. Ce qui pourrait être, pour Paul Biyoghé Mba, le moindre mal.